Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

En maison de retraite, respirer l'air intérieur rend malade, révèle l'Inserm

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 16/03/2015

0 commentaires
Le European respiratory journal vient de publier les résultats de la première étude européenne sur la qualité de l’air en maison de retraite.

Pour réaliser l’étude,

des chercheurs ont analysé l’air intérieur de la salle commune de 50 maisons de retraite implantées dans 7 pays européens (France, Belgique, Italie, Grèce, Pologne, Danemark et Suède). Ils y ont détecté plusieurs polluants : dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3), dioxyde de carbone (CO2), formaldéhyde, particules fines de moins de 10 micromètres (PM10), particules ultrafines dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre.

Ces substances toxiques sont émises par les matériaux de construction, le chauffage, les produits d’entretien… en maison de retraite comme ailleurs. Et si les mesures ne révèlent pas des taux particulièrement élevés, pas plus importants en tous cas que dans les habitations individuelles, la fragilité des personnes âgées pourrait imposer une baisse des taux acceptables. Ces substances sont en effet responsables de maladies respiratoires, broncopneumopathies chroniques obstructives notamment.

Les auteurs de l’étude proposent la création d’un label européen qui garantirait la qualité et le caractère non toxique des produits d’entretien utilisés en maisons de retraite. C’est un premier pas…

Partager cet article

Sur le même sujet