Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Fin de vie et directives anticipées : ce que change la loi

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/03/2015

0 commentaires
La proposition de loi sur la fin de vie vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale

par 436 voix pour et 34 contre. 83 députés ont préféré s’abstenir.

Les directives anticipées permettent à toute personne d’indiquer par écrit ses souhaits concernant sa fin de vie, et notamment son refus de tout acharnement thérapeutique pour le cas où elle serait un jour hors d’état d’exprimer sa volonté.

Si le médecin n’était jusqu’à présent pas contraint de les suivre, elles doivent aujourd’hui s’imposer au médecin sauf en cas d’urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation”.

Elles devaient jusqu’à présent être renouvelées tous les trois ans. Elles sont désormais sans limite de validité mais peuvent être révisées ou révoquées à tout instant.

Elles seront aussi conservées sur un registre national faisant l’objet d’un traitement automatisé. Et pour faciliter la tâche des médecins, un modèle devrait être créé. Il permettra d’éviter les approximations donnant lieu à des interprétations.

Partager cet article

Sur le même sujet