Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

1 français sur 3 garde en mémoire un acte médical passé douloureux et anxiogène, résultat de l'étude Ifop/Air Liquide Santé

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 30/03/2015

0 commentaires
Ponction ou biopsie, injection sous cutanée ou intramusculaire, infiltration articulaire et épidurale, pose de stérilet, traitement laser, suture… L’acte ou le geste médical, même « léger » fait peur.

Selon l’enquête Ifop/​Air Liquide HealthCare, en France, 1 Français sur 3 déclare appréhender la douleur

à l’annonce de la réalisation d’un acte médical et près de 32% gardent en mémoire un acte médical passé douloureux et anxiogène.

Si 48 % des personnes interrogées ne se sont vues proposer aucune solution pour prendre en charge l’anxiété et/​ou la douleur induite par un geste médical, 55 % des Français souhaiteraient bénéficier d’une solution si leur médecin le leur proposait.

La peur de l’acte médical est propre à chaque individu et « plus on a peur, plus on a mal », indique le Professeur Daniel Annequin, Anesthésiste Pédiatrique, Responsable de l’Unité douleur de l’hôpital pour enfants Armand Trousseau à Paris et président du CNRD (Centre National de Ressources de Lutte contre la Douleur). L’intensité douloureuse peut varier en fonction de la nature du soin, de l’état du patient ou bien encore de l’environnement dans lequel est réalisé le soin.

Disponible pour la médecine de ville depuis 2009 et en développement dans plusieurs spécialités, l’analgésie inhalatoire offre une nouvelle alternative dans la lutte contre la douleur induite. Une technique qui permettrait d’apaiser et de soulager la douleur et l’anxiété provoquées par les soins.

Pour sensibiliser médecins et patients sur la persistance de ces douleurs et craintes, Air Liquide Healthcare, laboratoire pharmaceutique proposant des gaz médicaux, lance à partir du 1er avril, une campagne d’information « Même pas peur, même pas mal » relayée dans les cabinets médicaux, sur Internet, ainsi qu’au travers d’un livret d’information grand public.

Pour en savoir plus, Même pas peur, même pas mal”, site disponible à partir du 1er avril 2015.

Partager cet article

Sur le même sujet