Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Aller en maisons de retraite ? Ah non, pas question !

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/05/2015

0 commentaires

Les enquêtes se suivent et se ressemblent.

Le baromètre du Groupe SOS Seniors/​Frédérique Serrière présenté ce 20 mai et réalisé auprès de 1487 personnes de 55 à 79 ans montre que pour 8 interrogés sur 10 ne veulent pas aller vivre en maison de retraite (recours ultime en cas de problèmes de santé).

Pour 80% des répondants Bien-vieillir, c’est vivre autonome chez soi et entouré”. Et en vieillissant, on a plus peur d’Alzheimer que du cancer.

Parmi les critères de choix prioritaires d’une maison de retraite, les personnes interrogées dans le baromètre du Groupe SOS positionnent la qualité de la chambre et de l’environnement et la qualité du prendre soin.

Gentillesse du personnel, suivi médical, qualité du cadre de vie, sont aussi les critères clés choisis dans l’annuaire d’Agevillage pour que les résidents et leur famille donnent leur avis sur la maison de retraite.

On le voit la maison de retraite est un choix par défaut. Le groupe SOS constate que la durée moyenne des séjours diminue au fil des années (33 mois aujourd’hui), avec des entrées de plus en plus tardives.

Le coût des maisons reste rédhibitoire. Les études montrent un reste à charge de plus de 1000 euros par mois au regard des retraites moyennes en France (en Belgique les tarifs ont grimpés de 10% en 3 ans).

Les maisons de retraite de demain devront s’ouvrir sur l’extérieur et offrir des services de santé accessibles : consultations médicales, mais aussi coiffure, pédicurie. Pivot du maintien à domicile (chez soi, en résidences), la maison de retraite médicalisée devra proposer de dédramatiser l’entrée par des séjours courts (de jour, de nuit), temporaires.
La qualité du prendre soin, les compétences du personnel feront la différence. Nous le constatons avec les demandes autour du Label Humanitude que les établissements pilotes ont créé.

Reste qu’il est difficile de rendre attractifs des lieux de fin de vie, dans notre société jeuniste.

Partager cet article