Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

A tout âge, il faut connaître les gestes qui sauvent

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/08/2015

0 commentaires
Etre acteur de sa santé et de celles de ses proches nécessite d’apprendre quelques gestes d’urgence.

Notamment pour intervenir à domicile où les seniors peuvent se retrouver parfois un peu isolés alors que l’autonomie repose précisément sur cette capacité de réaction.

20 000 personnes décèdent chaque année en France d’un accident du quotidien, dont les personnes âgées, particulièrement touchées par les chutes. 9.000 personnes âgées décèdent chaque année des suites d’une chute, confirme l’Inserm.

Pour sensibiliser le grand public et inciter les seniors à se former aux gestes de premiers secours, la Croix Rouge française a décidé de consacrer sa Journée mondiale des premiers secours (JMPS) 2015, qui aura lieu le samedi 12 septembre prochain, au bien-être et à l’autonomie des seniors.

Elle y présentera sa toute nouvelle formation « Bien-être et Autonomie » en sensibilisant les plus de soixante ans à des mesures préventives faciles à mettre en œuvre pour éviter les accidents domestiques pour soi et ses proches (petits-enfants, parents, amis…), à l’apprentissage des gestes de premiers secours et au bien-être plus globalement (sommeil, alimentation, activités physiques, mémoire et lien social).

Il apparaît également que le grand public ne sait pas comment réagir en cas d’arrêt cardiaque. Or les premières minutes s’avèrent essentielles, pour réanimer d’abord mais aussi pour éviter des séquelles irréversibles.

La première chose à faire est bien sûr de composer le 15 et de ne pas perdre de temps en attendant l’arrivée des secours. En cas de soupçon d’arrêt cardiaque, n’hésitez pas à commencer le massage cardiaque, et à ne pas l’interrompre. Un massage mal fait ne peut pas être nuisible. Au pire, il est inutile. C’est essentiel pour éviter l’inaction liée à la crainte de blesser davantage.

De même, si un défibrillateur se trouve à proximité du lieu de l’accident, n’hésitez pas à vous en servir. La loi devrait d’ailleurs bientôt évoluer, supprimant le recours contre les personnes ayant mal utilisé un appareil de ce type. Une incitation à l’action !

Partager cet article

Sur le même sujet