Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maltraitance en EHPAD : un an requis contre une aide-soignante à Roanne

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/10/2015

0 commentaires

Humiliations, insultes, brutalités, suite à six plaintes de collègues et celles des familles de 26 pensionnaires, douze mois de prison avec sursis ont été requis, ce 29 septembre à Roanne (Loire), à l’encontre d’une aide-soignante d’un EHPAD.
Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 27 octobre 2015.

Signaler
On ne peut que constater le temps qu’il a fallu à la justice pour agir à l’encontre de cette professionnelle employée depuis 36 ans.
Les maltraitances physiques et verbales”, les humiliations” qui se seraient produites durant ses gardes de nuit, entre janvier 2011 et mars 2014, avaient été dénoncées par six collègues de cette déléguée CGT, très bien notée, à l’arrivée de la nouvelle directrice de l’EHPAD, en janvier 2014. Plusieurs d’entre elles avaient d’ailleurs demandé à changer de service car elles ne supportaient plus ses agissements et son côté autoritaire”, précise France Info.

Qui pour défendre ces personnes âgées désorientée, vulnérables ?
Les professionnels, les familles, les résidents, les bénévoles, les élus… bref tout citoyen qui constate des situations à risque de maltraitance.
Au sein de la structure, on aura bien sûr recours à la direction, au conseil de la vie sociale (CVS).
Le 3977 est le numéro d’appel national, anonyme, qui va vous guider dans les procédures à suivre, voire les instruire lui-même.
Ainsi si les faits persistent, sans suites, les plaintes seront envoyées aux autorités de tutelle, jusqu’au procureur de la République.

Voir Annie de Vivie qui réagit sur France 5 au Magazine de la santé — 30 septembre 20154 minutes 30)

Partager cet article

Sur le même sujet