Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : Aidants, je t'aide

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 05/10/2015

0 commentaires
Annie de Vivie

Ce 6 octobre, c’est la cinquième Journée nationale des aidants. Je suis fière d’être la vice-présidente de l’association qui pilote cette journée.

Elle est l’occasion de rappeler le rôle essentiel des 8,3 millions de Français qui aident au quotidien un proche malade, handicapé, fragilisé.

Cette journée 2015 a reçu le haut patronage de Monsieur François Hollande, Président de la République. Elle s’inscrit dans le calendrier du vote de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement de la population, qui va permettre une meilleure reconnaissance du rôle d’aidant en leur ouvrant de nouveaux droits (avec les limites que l’on connaît).

Slogan journée nationale des aidantsCe 6 octobre est aussi l’occasion d’informer les Français sur leurs droits actuels via les sites Internet dédiés, mais aussi les 150 évènements (colloques, conférences, ateliers…) qui s’organisent partout sur le territoire.

Un sondage OpinionWay réalisé pour cette journée montre qu’une majorité de Français qui assiste un proche ne s’identifie pas naturellement à des aidants”. Aider un proche malade, handicapé, en difficulté de vie est considéré comme normal”. 1 seul français sur 10 considère qu’il s’agit là d’une contrainte (sociale ou économique).

Le mot aidant” est perçu par 6 français sur dix comme un professionnel de l’aide et non un proche. Lenquête montre que ce terme est mal connu, mal défini.

Mais ils sont près de 8 sur 10 à estimer que le rôle d’aidant a un impact négatif sur la santé (40%), la vie familiale (54%) et sur la vie professionnelle (38%).

L’aidant a besoin d’aide. On le sait : Etre aidant en 2015 n’est pas une sinécure rappelle Kat, aidante.

Alors je t’aide” est le slogan de ce 6 octobre (voir le clip video d’Aidant Attitude).

Je t’aide à t’aider toi même car le bonheur peut être plus fort que la maladie rappelle Colette Roumanoff dans son dernier ouvrage et de toute facon la vieillesse n’est pas une maladie, rappelle le Dr Alain Jean (question de regard sur ce temps pas facile de la vie, sans tomber dans l’angélisme sur notre âgisme individuel et collectif).
Je t’aide comme les 34 des français qui se disent prêts à consacrer du temps à une personne âgée fragilisée, isolée, selon une enquête des petits frères des Pauvres. Ce 6 octobre au ministère de la santé, on cherchera le meilleur éco-système pour les proches aidants. Il associe la reconnaissance des besoins et des investissements des proches aidants à la mobilisation d’acteurs de proximité formés, compétents, coordonnés.

Pour des aidants reconnus, valorisés, soutenus, durables.

Partager cet article

Sur le même sujet