Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Ensemble contre la terreur

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 16/11/2015

0 commentaires

Face à nos peurs

Annie de VivieJ’ai quitté la Cité des Sciences à Paris, vendredi soir, forte de deux jours de colloque intenses sur les approches non médicamenteuses, forte des envies et des espoirs d’un millier de professionnels du prendre soin, portée par la conclusion de Didier Lesueur de l’Odas et son Appel à la fraternité”.

Rentrée chez moi, bien fatiguée, je n’ai pas ouvert les chaines d’infos. Je me suis couchée quand mon téléphone a vibré avec plusieurs messages angoissés Vous allez bien ?”. Reconnectée, j’ai découvert l’horreur qui se déroulait à deux pas de chez nous. Dans une salle de concert où j’aurais pu me rendre avec mes proches.

Paris 13 novembre 2015Impossible alors de fermer l’oeil, je me suis ruée sur les réseaux sociaux pour prendre des nouvelles et découvrir des amis d’amis pris au piège au Stade de France, dans les cafés visés.

Je n’ai pas à déplorer de victimes parmi mes très proches, mais comment ne pas ressentir très profondément la violence et la douleur des personnes touchées et de leurs familles.

Je tiens à saluer l’action des forces de l’ordre, des personnels de santé, des pompiers, mobilisés, exemplaires, tout comme ces citoyens qui ont ouvert leurs portes aux personnes prises au piège, aux taxis qui ont coupé leur compteur pour les ramener chez elles.

J’ai repensé aux scènes de guerre vécues par mes proches (dans le Nord de la France).

Je n’ai pu m’empêcher d’aller me recueillir hier près du Bataclan.

Sur la place de la République flottait une banderolle Fluctuat nec mergitur”, la devise de Paris : Battu par les flots, mais ne sombre pas ».

Symbole paris 13 novembre 2015Oui, c’est bien notre démocratie qui est visée et notre capacité à défendre notre devise républicaine, tout particulièrement la fraternité.
A nous de lutter pour notre cohésion sociale et notre unité, mises à mal.
A nous de réduire nos fractures, d’empêcher les risques de dérive, d’amalgame, de haine de l’autre.
A nous de prendre conscience de l’importance du respect et de la défense de nos valeurs humanistes, des valeurs du soin (sollicitude, non abandon) qu’Emmanuel Hirsch a rapproché des valeurs de la République lors de notre colloque.

Le vivre ensemble” est menacé. La société pour tous les âges est à remobiliser pour elle-même, pour la planète.

Nos anciens peuvent témoigner qu’il vaut mieux être ensemble contre la terreur”.

Partager cet article