Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : Attentats à Paris : on en parle

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/11/2015

0 commentaires

Le lien, remède à la peur

Annie de VivieAttentats, états d’urgence, prises d’otages, les évènements tragiques tournent en boucle dans les médias et dans toutes les têtes. Les images angoissent, elles peuvent rappeler de très mauvais souvenirs. Elles nous laissent démunis, parfois envahis par la peur.

Comment accompagner cette réalité ?

Il est recommandé d’éviter de rester devant les chaines d’information continue. Se tenir informé de l’évolution des évènements certes, mais pas 24H sur 24. Cela devient angoissant. Les personnes qui restent accrochées à leur télévision seront invitées à des activités, des rencontres, des soins. Sortir, faire quelques courses, se rendre visite… ne serait-ce que pour se changer les idées.

Affiche attentats voisins solidaireSpontanément, entre voisins solidaires ou via des mairies, des services sociaux, des établissements d’accueil, des maisons de retraite… des rencontres, des groupes de parole, s’organisent si possible régulés par un professionnel (psychologue).

Certains sont ouverts aux seules personnes âgées, aux résidents, aux familles ; d’autres aux professionnels ; d’autres aux deux.

A l’EHPAD Sainte Monique à Paris, la directrice a été alerté par sa neuropsychologue et a organisé plusieurs temps d’échanges.

Libérer la parole a permis de partager les souffrances, les difficultés, les souvenirs que ces évènements évoquent (deuxième guerre mondiale, guerre d’Algérie). Les anciens parlent d’un état de guerre compliqué, aujourd’hui, sans adversaires clairement face à face”.

On partage le fait que nous sommes tous concernés, par les risques, par cet embrigadement qui peut arriver dans toutes les familles.

On se soutient, on sait que l’on peut compter sur les personnes présentes.

On se dit qu’il faut rester vigilant, ouvert aux siens.

Les résidents sont étonnemment pugnaces, investis, souligne la directrice. Ils affirment qu’il faut défendre nos valeurs républicaines.

Et qu’il faut rester bien vivant et joyeux, pour donner envie de vivre, ici.

Partager cet article

Sur le même sujet