Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

L'emploi comme outil contre la peur

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/12/2015

0 commentaires

Annie de VivieQuelle drôle d’ambiance en ce lundi 7 décembre 2015, au lendemain du premier tour des élections régionales qui montre une forte montée de la peur, du repli sur soi, de la désespérance jusque la colère.

Certes notre pays n’est pas très en forme financièrement. Il a déclaré la guerre aux terroristes de tous bords. Il est face aux enjeux climatiques tout comme à la révolution démographique du vieillissement.

Ces enjeux de l’éco-responsabilité, du vieillissement devraient être une source d’énergies renouvelables, d’emplois locaux non dé-localisables dans les services à la personne, les établissements d’accueil ouverts et performants, dans les produits et services de la Silver Economie”.

Vivre longtemps, vieillir, reste une chance. Tous les pays du monde ne partagent pas notre espérance de vie.

Et pourtant.
Nos décideurs politiques sont tétanisés devant les enjeux financiers (retraite, financement de l’aide à l’autonomie).

Et pourtant.
Investir dans cette aide à l’autonomie serait rentable : emplois, services, dynamiques des territoires des villes amies des aînés (amies de toutes les situations de handicap). Ne pas investir amène au repli sur soi, à l’épuisement des proches, à l’engorgement aux urgences, au sous-emploi, à la désespérance des professionnels sous tensions qui agissent à rebours de leur valeurs…

La maltraitance, la nontraitance (négligence, abandon) des personnes les plus âgées sont des signaux négatifs pour les autres générations.

Osons l’emploi dans les métiers de l’aide à l’autonomie.
Donnons leurs lettres de noblesse à ces beaux métiers du prendre soin au quotidien, si importants pour vivre ensemble dans une société pour tous les âges.

Cela demande du courage politique.
Il semble que des signaux repassent au vert pour les particuliers-employeurs d’aides à domicile, pour l’hospitalisation à domicile, et dans une moindre mesure pour les services de soin palliatifs.

Que les réponses aux enjeux d’un vieillissement durable soient des remèdes à nos maux.

Partager cet article