Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

ORPEA Excellence Awards : Les 1ers lauréats en éthique clinique, recherche et innovation soignante

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 09/12/2015

0 commentaires
ORPEA Excellence Award | © Vincent Mazet
La 1re édition des ORPEA Excellence Awards en Éthique clinique, en Recherche et en Innovation soignante s’est tenue le 1er décembre 2015

Parmi 12 candidatures issues de 5 pays, le Conseil Scientifique et Ethique du Groupe ORPEA a récompensé les lauréats suivants :

« Charte du proche aidant, à domicile, d’une personne de tout âge en situation de handicap, malade ou en fin de vie » Clinique SSR Bois-Bougy (Suisse) : lauréate de la catégorie « Ethique clinique »

La clinique Bois-Bougy, avec deux autres établissements de soins, s’est associée au programme d’aide aux aidants du Canton de Vaud, pour mettre en place une charte du proche aidant.
Objectif : définir son statut, son rôle et son intégration dans la prise en charge hospitalière des patients.
Dans chaque établissement, un diagramme de démarche de soin permet de reconnaître le proche aidant.
L’avis du patient est systématiquement sollicité à son admission : la charte du proche aidant lui est remise, et son avis quant à la place du proche dans les soins est consigné dans le dossier médical.
La démarche offre également au proche aidant la possibilité d’un répit, ainsi que d’une formation (sur les soins d’hygiène par exemple) et d’une information sur les structures d’aide à domicile.

La construction collective de cette démarche et de cette charte a permis d’inscrire le projet dans le quotidien des équipes, et surtout d’intégrer le proche aidant au cœur du projet de soin et du projet médical du patient.

« Résidence sans douleur » des Résidences SeneCura (Autriche) lauréates de la catégorie « Innovation soignante »

Issu d’une collaboration entre l’Université de médecine Paracelsus et le CHU gériatrique de Salzbourg, ce projet initié par 12 résidences SeneCura vise à lutter contre la douleur chronique chez les personnes très âgées. 

Ce projet d’envergure comprend deux volets :
  • un ambitieux programme de formation, d’une part pour approfondir les connaissances en algologie du personnel infirmier (80% des infirmiers formés), et d’autre part pour former de véritables Référents Douleur (médecins, pharmaciens et cadres infirmiers).

  • une étude d’évaluation de la douleur sur environ 350 résidents, à l’aide d’un dispositif original croisant questionnaires, observation par les soignants et examen des dossiers médicaux. Ces évaluations ont été systématiquement traitées à l’aide d’un outil informatique spécifique, depuis déployé dans tous les établissements SeneCura. 
Ce projet marque la création d’une véritable culture anti-douleur dans les établissements SeneCura, entretenue par des rencontres régulières des Référents Douleur et la création de groupes de travail mensuels. Un projet qui bénéficie aussi bien aux résidents qu’aux soignants, puisque 23% de ces derniers se disaient en souffrance face à la douleur des personnes soignées. 

« Découverte d’un marqueur biocomportemental des états de stress chroniques » par la Clinique psychiatrique Lyon-Champvert (France) lauréate de la catégorie « Recherche »

Afin d’améliorer l’objectivité du diagnostic du stress chronique (20 à 30 % de la population), l’équipe de la clinique Lyon Champvert a conçu une étude sur 22 mois, associant des examens biologiques et la mesure systématique de l’activité diurne et nocturne des patients à l’aide d’un bracelet connecté. 

Cette étude a permis de confirmer la prévalence du stress chronique au sein de l’établissement (15,5% des patients) et surtout de différencier deux sous-groupes de patients concernés :
  • le premier groupe (2÷3 des patients) présente une anomalie du cycle du cortisol et souffre donc d’un stress chronique « somatique », surtout caractérisé par une activité diurne augmentant régulièrement au cours de la première semaine d’hospitalisation, et par une baisse concomitante du nombre d’heures de sommeil calme.
  • le second groupe (1÷3 des patients) ne présente pas cette anomalie et souffre donc d’un stress chronique psychologique.
Ces différences objectives ont des conséquences en termes de traitement préventif et curatif. 
En outre, la mesure continue du comportement des patients a permis de découvrir un couplage inverse entre les comportements de jour et de nuit pour les patients atteints d’un stress chronique somatique, qui peut être considéré comme un marqueur biocomportemental des états de stress chroniques, même si des études complémentaires demeurent nécessaires.

« Nous remercions tous les candidats pour la qualité des projets novateurs présentés. Tous témoignent de l’attention portée au respect de la dignité et du bien-être des résidents et patients. Ces Excellence Awards contribuent à enrichir une culture pragmatique de l’éthique clinique, de la recherche et de l’innovation soignante au sein du Groupe, en valorisant des projets passionnants qui pourront être déployés sur nombre de nos établissements. » conclut le Docteur Linda BENATTAR, Directrice médicale international du Groupe ORPEA.
Cette cérémonie a également été l’occasion d’entendre les interventions du Professeur Alain Franco (Président du Conseil Scientifique et Ethique du groupe ORPEA) sur le rôle du Conseil et sa conception de l’éthique clinique et l’innovation soignante, et du Professeur Emmanuel Hirsch (Professeur d’Éthique médicale — Université Paris Sud et Directeur de l’Espace national de réflexion éthique sur les maladies neuro-dégénératives) venu faire un exposé sur le thème « Quelle éthique pour le soin ».


Infos Services ORPEA

Crédits Photo : © Vincent Mazet
Partager cet article

Sur le même sujet