Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Cancer du côlon : faites-vous dépister !

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 14/12/2015

0 commentaires
MédecinUn dépistage très efficace et qui évite la grande majorité des cancers colorectaux… et pourtant, seulement un tiers des Français le réalisent. Précisions pour vous motiver, vous et vos proches.

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus mortel, avec 40 000 nouveaux cas et près de 18 000 décès chaque année – soit 330 chaque semaine – en France. Le risque augmente avec l’âge, puisque 40% des cancers colorectaux surviennent après 75 ans, et qu’il s’agit de la première cause de mortalité par cancer après 85 ans, indique le Conseil National Professionnel d’Hépato-Gastro-Entérologie (CNPHGE).

Bonne nouvelle : il est possible de le prévenir grâce au dépistage organisé. Ceci consiste en un test immunologique, à réaliser tous les deux ans sur un échantillon de selles. Ce test permet de détecter la présence de sang dans les selles dans 70 à 80% des cas, et donc de réaliser des examens supplémentaires pour rechercher la présence de polypes dans le colon et de les ôter si besoin, évitant qu’ils ne se transforment en cancer. Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous recevez tous les deux ans une invitation à vous rendre chez votre médecin traitant pour faire réaliser ce test.
Malheureusement, d’après un sondage Opinion Way réalisé pour le CNPHGE, seulement 31.7% des Français concernés effectuent le test immunologique tous les deux ans. Ce test est pourtant plus facile et moins lourd à réaliser que le précédent (nommé Hemoccult) qui était en vigueur jusqu’en 2014.

Un autre examen, la coloscopie, est destiné aux personnes qui présentent un risque élevé de cancer colorectal (essentiellement en cas d’antécédent de cancer dans la famille proche). Il est plus lourd que le test immunologique puisqu’il nécessite une anesthésie générale mais il permet aussi d’être débarrassé de tout risque pour 5 à 10 ans.
Certes, ni le test immunologique ni la coloscopie ne sont des examens très « glamour » mais ils permettent d’éviter des suites bien pires : décès mais aussi toute la prise en charge du cancer par chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie… et toutes les suites (séquelles physiques, baisse de la qualité de vie personnelle et professionnelle).
Par ailleurs, et avant même le dépistage, quelques conseils d’hygiène de vie permettent de faire diminuer le risque : pratiquer une activité physique, ne pas fumer, limiter sa consommation d’alcool, de graisses et de viande rouge, enrichir son alimentation en fibres, et garder un poids normal.

Pour plus de renseignements, cliquez sur www​.colon​-day​.fr

Partager cet article

Sur le même sujet