Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Hommages à Daniel Roumanoff et à Marie-Thérèse Argenson (Vedibe, Fnapaef)

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 14/12/2015

0 commentaires
La rédaction d’Agevillage a tristement assisté aux obsèques de Daniel Roumanoff, lundi dernier ; et de Marie-Thérèse Argenson mercredi.

Daniel RoumanoffNous avons connu Daniel Roumanoff

à l’occasion de nos colloques sur les approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer. Nous lui avons plusieurs fois donné la parole sur son vécu incroyablement serein de la maladie. Il faut d’abord accepter ce qui arrive, et ensuite agir” expliquait-il, traduisant les années de réflexions et de méditation d’influences indiennes. Poète, galant, cultivé, Daniel était adoré de ses dames de compagnie”. Colette, sa femme, avait aussi décidé qu’Alzheimer ne dirigerait pas leur vie, que l’environnement s’adapterait : voir le site internet Alzheimer autrement, la pièce de théâtre La confusionite”, le livre Le bonheur plus fort que l’oubli”. Il n’empêche que même dans le 17e arrondissement de Paris, même très accompagné médicalement parlant, pas facile de trouver des médicaments qui soulagent efficacement la douleur et les professionnels qui peuvent les administrer (Hospitalisation à domicile). Daniel savait qu’il n’en avait plus pour très longtemps (il se l’était dit à lui-même). Dommage que le parcours de fin de vie reste un parcours du combattant pour les personnes malades et leurs proches aidants.


Marie-Thérèse ArgensonNous connaissions Marie-Thérèse Argenson depuis la création d’Agevillage en 2000. Active, militante, elle avait fondé l’association Vieillir dans la Dignité et le Bien Etre” (VEDIBE) pour venir en aide aux familles ayant des parents en maison de retraite et prévenir, au besoin dénoncer, toute forme de maltraitance. Elle avait participé à la création de la Fédération Nationale des Associations et Amis des Personne Agées et de leur Famille (FNAPAEF) dont elle est secrétaire. Elle militait avec nous dans le Collectif Une société pour tous les âges” contre la discrimination liée à l’âge (PCH pour les moins de 60 ans, APA pour les plus âgés). Malgré sa timidité, elle interpellait dans les conférences et les colloques les « experts » sur la réalité concrète des personnes âgées et les solutions qu’il fallait trouver. A nous de poursuivre son combat.


Nous adressons toutes nos condoléances à leurs familles et leurs proches.


Partager cet article

Sur le même sujet