Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : de la défiance à la confiance dans les maisons de retraite

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 18/04/2016

0 commentaires

Il faut du temps

LAnnie de Vivieémission la Quotidienne sur France 5 ce 12 avril a posé cette question de la confiance dans les maisons de retraite.

D’un côté les visiteurs du magazine Que Choisir qui ont visité 2000 établissements, ont été rassurés huit fois sur dix, mais de l’autre les faibles contrôles des agences régionales de santé ne rassurent pas. Quant au coût des maisons, les associations de famille comme la Fnapaef ne cessent de le dénoncer.

Qualité de l’accueil, de la chambre, de l’hygiène, des animations, du prendre soin, nombre des personnels dédiés, leurs comportements vis à vis des personnes fragilisées, retrouvez nos conseils pour choisir la maison de retraite qui correspondra le mieux à la personne fragilisée.

Ecoutez l’émission de France Inter : Maison de retraite : quand vient le moment du choix”.

Nous référençons tous ces établissements médicalisés dans l’annuaire d’Agevillage. Y compris les autres solutions, pour les personnes plus valides, autonomes, les petites unités de vie, les familles d’accueil…

La ministre Pascale Boistard a annoncé une amélioration de la transparence sur les tarifs de ces maisons (avec un socle de prestations identifié) et aussi la mise en ligne prochaine des rapports des évaluations externes, réalisées par des auditeurs indépendants.

Peut-être faudra-t-il renforcer la protection des lanceurs d’alerte, et mieux faire connaître les procédures de signalement, le 3977 (numéro d’appel national contre la maltraitance des plus âgés), tout comme les recours (voir la journée du droit des patients) ?

Mais il faudra aussi construire la confiance envers ces structures.

La confiance se construit par une meilleure information sur les services proposés, leur organisation, mais aussi leurs limites. Ces établissements dépendent des financements des résidents mais aussi des départements et de l’Assurance maladie. Les moyens ne sont pas illimités. Loin de là.

La confiance se construit aussi dans le temps, en montrant les actions menées dans le cadre d’une démarche d’amélioration continue de la qualité (certifications Afnor, Qualicert, Iso, labels comme le 1er label de bientraitance, le label Humanitude).
La qualité n’est pas un acquis, mais un objectif constamment interrogé, avec vigilance, face à la vulnérabilité des résidents, face à la souffrance, la culpabilité des familles. Sans oublier celles des professionnels qui prennent soin (Pourquoi tant de peine ? s’interroge la journaliste Anne Belot qui a été hospitalisée un mois en service de gériatrie ?).

La confiance se constuit ensemble, et non les uns contre les autres. Les conseils de la vie sociale (CVS) sont un des lieux de la construction de cette confiance (voir la mobilisation de lInterCVS 91).

Une confiance réciproque donc, entre adultes responsables.

Partager cet article

Sur le même sujet