Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Alzheimer : quatre médicaments pourraient être déremboursés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 13/06/2016

0 commentaires
MédicamentsLes médicaments contre la maladie d’Alzheimer ne seront peut-être plus remboursés. La Haute autorité de santé (HAS) évalue actuellement le « service médical rendu » (SMR) par ces traitements. Si celui-ci est jugé trop faible, les médicaments devront être entièrement payés par les malades, ce qui inquiète les associations. France Alzheimer craint notamment qu’ils renoncent au traitement.

Il n’existe aucun médicament capable de guérir la maladie, mais les traitements actuellement disponibles (anticholinestérasiques et antiglutamates) permettent cependant d’agir sur les troubles cognitifs, comportementaux, et de ralentir la progression de la maladie.

Considérés peu efficaces par la HAS, leur taux de remboursement avait déjà été dégradé en 2011, chutant de 65 à 15 % (sauf pour les personnes en ALD maladie d’Alzheimer).

La perspective d’un déremboursement total inquiète associations et certains professionnels de santé, à l’instar du professeur Mathieu Ceccaldi (chef du service neurologie et neuropsychologie de l’hôpital La Timone, Marseille), cité dans un communiqué de France Alzheimer : « En arrêtant ces traitements, on court le risque d’accentuer une démédicalisation, qui aura aussi un effet négatif sur la prise en charge globale. »

L’association craint que sans traitement remboursé, les familles et certains professionnels de santé ne voient plus l’intérêt de diagnostiquer la maladie.

Elle plaide en conséquence donc pour le maintien du remboursement, d’autant, affirme-t-elle, que « le déremboursement total aurait une incidence économique limitée sur les finances de la Sécurité sociale puisque les quatre molécules sont toutes génériques depuis 2016 ».

D’autres sont en faveur de cette mesure. « Les effets secondaires de ces traitements sont très sévères », indique une pharmacienne, « pour moi le rapport bénéfices/​risques ne penche pas du tout en faveur du traitement. »

Affaire à suivre…

Partager cet article

Sur le même sujet