Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Sédentarité : un risque sous-estimé par les Français

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 25/07/2016

0 commentaires

Pour une activité physique adaptée quotidienne

Depuis 2010, les études se suivent et montrent que plus de 70 % de la population européenne passe plus de 8 heures chaque jour en position assise. En France, la sédentarité est en hausse de 8 % par an. Elle est devenue la première cause mondiale de mortalité liée aux comportements individuels, avant le tabac et l’alcool. Il faut en prendre conscience et agir.

sport personnes ageesIl suffit de 20 minutes de verticalité par jour pour qu’une personne ne devienne pas grabataire
On le voit l’activité physique est vitale, mais la prise de conscience de l’impact néfaste de la sédentarité est insuffisamment partagée.

La Fondation April a interrogé les Français (*) et seul un quart (26%) estime que la sédentarité est la principale cause de mortalité (loin derrière le tabac, 80%, l’alcool, 76%, ou bien le surpoids ou l’obésité, 60%).

Le Professeur Martine Duclos (CHU de Clermont-Ferrand et INRA-Université d’Auvergne) souligne que contrairement à ce que l’on pourrait penser, quel que soit le niveau d’activité physique des individus, la sédentarité augmente la mortalité. (Patel et al. Am J Epidemiol 172 (4), 2010). Plus le temps quotidien passé en position assise augmente, plus les risques de mortalité précoce sont augmentés (Biswas et al 2015)”. 46 % des personnes interrogées dans le sondage estiment passer de 2 h à 5 h assises, et plus d’une personne sur 4 pensent être assises 5h ou plus.

Pourtant, une étude française fondée sur l’accélèrométrie (Oppert, 2011) a évalué à 7 heures par jour le temps moyen de sédentarité, soit 52,8% du temps d’enregistrement quotidien. Les Français sous-estiment donc le temps qu’ils passent assis par jour (pendant les repas, quand ils prennent la voiture…), ce qui peut potentiellement aggraver le phénomène de sédentarité.

Mobilisation des acteurs publics et para-publics
L’INPES, l’Assurance maladie martèlent pourtant les messages en faveur de l’activité physique quotidienne quel que soit l’âge. La campagne Manger-Bouger du programme national nutrition santé, les ateliers du Bien Vieillir des caisses de retraite (CNAV-MSA-RSI), les actions auprès des seniors fragilisés ou non de Siel Bleu, de l’ADAL… se déroulent en toutes saisons.

Les Villes amies des ainés savent que l’activité physique fait partie intégrante de la santé au sens de l’organisation mondiale de la santé (bien dans son corps, dans sa tête, avec les autres).

Des moyens d’action simple : debout !
Sans parler d’activité physique complexe, la simple position debout permettrait ainsi de réduire la mortalité générale de 21 à 35 % (Katzmarzyk et al. 2014).

Pour atteindre sa pleine efficacité et avoir de réels bienfaits sur la santé, la lutte contre la sédentarité demande au minimum 30 minutes d’activité physique modérée à intense pendant 5 jours par semaine. La Fondation April a décidé de démêler le Vrai du Faux” dans son e‑magazine et propose de nombreuses recommandations et conseils pratiques pour lutter au quotidien contre la sédentarité.

Le sondage de la Fondation révèle que 83 % des personnes interrogées sont favorables au fait de rester debout lorsqu’elles sont au téléphone, 74 % d’entre elles lorsqu’elles attendent les transports en commun.
Mais elles sont 72 % à accepter de moins regarder la télévision !


(*) Enquête réalisée par BVA du 6 au 11 juin 2016 par téléphone sur un échantillon de 1007 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Cet échantillon a été constitué d’après la méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’interviewé, région de résidence et catégorie d’agglomération.

Partager cet article

Sur le même sujet