Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Gestes qui sauvent : savoir réagir en cas d'accident de son proche âgé

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 19/09/2016

0 commentaires

Dernier volet, les accidents cardiaques

Chute, accident domestique, fausse route, arrêt cardiaque… Dans les situations d’urgence, il est essentiel de connaître les gestes qui sauvent pour bien réagir et préserver la vie de la victime. Des gestes que nous devrions tous connaître surtout si nous accompagnons une personne fragile. Quelles sont les connaissances de bases à acquérir ? Où se former ? Dernier volet de notre dossier, consacré aux accidents cardiaques.

Si tout le monde peut être victime d’un accident, certains arrivent fréquemment aux personnes âgées. C’est le cas des chutes, des fausses routes, des accidents domestiques ou encore des arrêts cardiaques.

Les accidents cardiaques

En France, la fréquence des accidents cardiaques mortels tend à se réduire et l’âge moyen des victimes à diminuer.

Reste qu’il s’agit d’une cause de décès encore trop fréquente, d’autant qu’on peut apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs d’un arrêt cardiaque : douleurs dans la poitrine intermittentes, difficultés respiratoires, pertes de connaissance.

Votre proche fait un arrêt cardiaque si : il perd connaissance, tombe, ne réagit pas quand on lui parle ou quand on le stimule ; sa respiration est irrégulière ou inexistante.

Comme toujours en cas d’urgence, commencez par appeler le 15 ou le 112, puis pratiquez un massage cardiaque sans hésiter. Il permettra de relancer la circulation sanguine, d’oxygéner le cerveau et donc d’éviter les lésions irréversibles. Plus la personne est prise en charge rapidement, plus elle a des chances de récupérer.

Si vous êtes dans la rue ou un lieu public, demandez s’il y a un défibrillateur à proximité et allez le chercher le plus vite possible. Ces appareils sont plutôt simples à utiliser : mieux vaut oser s’en servir, même sans formation, que de ne rien faire.

Arret cardiaque
Où se former ?

Initiation gratuite aux premiers secours

Depuis le 1er février 2016, le ministère de l’Intérieur et les acteurs du secours, en partenariat avec l’Éducation nationale, organisent des séances d’initiation de 2 heures.

Gratuites, elles permettent d’apprendre les gestes essentiels : alerter, masser, défibriller, traiter les hémorragies.

Trouver une session

La formation Prévention et secours civique de niveau 1 (PSC1)
Enseignée par la Croix-Rouge, la Protection civile ou les pompiers, elle dure une journée (7 à 8 heures) et est ouverte à tous, dès 8 ou 10 ans selon les organismes.

Plus complète qu’une simple initiation, elle permet de répondre à d’autres situations d’urgence, les accidents domestiques notamment (brûlures, plaies).

Coût : autour de 60 euros

Gros plan sur la formation bien-être et autonomie
D’une durée de trois jours, elle a été pensée avant tout pour les personnes âgées autonomes mais est aussi ouverte au moins de 60 ans et aux aidants.

Très axée sur les notions de prévention et d’interactivité, « elle s’appuie beaucoup sur les compétences, sur l’expérience des participants et les incite à les partager », explique Christophe Palmet, responsable de l’équipe pédagogique nationale de la Croix-Rouge française.

Il s’agit à la fois d’apprendre les gestes qui sauvent, de s’intéresser aux actions de prévention, au bien-être (sommeil, alimentation, lien social…) mais aussi de devenir acteur de sa sécurité.

Coût : 90 euros les 3 jours

Outils, documents

La brochure arrêt cardiaque de la Fédération française de cardiologie

Les six gestes de base (Croix-Rouge)

L’appli qui sauve (Croix-Rouge)
Partager cet article

Sur le même sujet