Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

J'aide et je travaille

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/10/2016

0 commentaires

Journée nationale des aidants 2016

Ils sselfie annie de de vivie JNAont de plus en plus nombreux ces proches aidants (famille, conjoint, amis) qui aident quotidiennement un proche âgé fragilisé. La Journée nationale des aidants à laquelle Agevillage est associé, leur a donné un coup de projecteur ce 6 octobre.

Près d’un salarié sur six et demain un sur quatre est concerné. Il n’est pour autant pas facile de trouver des chiffres, car 80 % des aidants gardent le silence sur leur réalité.

Peur du qu’en dira-t-on”, peur du regard du manager sur sa performance, peur des tabous, ces aidants qui travaillent se taisent.

On sentira la mobilisation possible pour soutenir un parent (loi Mathis sur le don de RTT pour enfant malade), moins quand l’aide concerne une vieille personne. Les mots Alzheimer”, fin de vie, mort sont toujours des tabous. Ils font office d’épouvantail (comme s’ils pouvaient contaminer” les proches aidants). Et puis l’accompagnement d’un proche âgé sera long, sur plusieurs années… avec le risque d’épuiser l’entreprise…

L’âgisme a la vie dure. L’OMS s’est d’ailleurs donné comme mission de créer une campagne mondiale contre cette discrimination liée à l’âge.

Invisibles, les aidants ne sont pas écoutés, orientés, guidés vers les pistes de solutions qui leur sont destinées et celles qui sont dédiées à leur proche fragilisé.

Saluons donc ces entreprises pilotes qui ont pris conscience de la réalité de ce phénomène impactant la sécurité et la qualité au travail. Leurs investissements pour leurs salariés-aidants seront à n’en pas douter rentabilisés.

Saluons aussi ces ouvrages cette semaine qui invitent à réfléchir aux enjeux du vieillissement, que l’on soit ancienne ministre, ou pas.

A côté de l’Etat et la loi d’adaptation de la société au vieillissement saluée par le Président de la République ce 4 octobre à l’Elysée, à côté de ces collectivités locales, de ces villes où il fait bon vieillir saluées par le magazine Notre Temps, à côté des initiatives intergénérationnelles saluées par la Semaine Bleue ou de ces nouvelles formes d’habitat qui se déploient, les entreprises vont aussi avoir à jouer un rôle pour aider notre société à vieillir debout, jusqu’au bout !

Partager cet article