Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Intergénération : se rencontrer, faire ensemble et transmettre

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 14/11/2016

0 commentaires

Dans des villes amies des aînés

Les vertus de l’intergénération sont nombreuses. Encore faut-il les rappeler et dépasser les propos et activités gadgets comme les bébés sur les genoux des mémés” disait Geneviève Laroque de la FNG.
Lors du colloque du réseau francophone Villes amies des aînés ce 10 novembre au ministère de la santé, l’anthropologue Bernadette Puijalon, marraine de la semaine bleue 2016/2017 A tout âge, faire société”, a décrypté les enjeux des actions intergénérationnelles.

Intergénération : se rencontrer, faire ensemble et transmettre

Selon elle, malgré leurs différences d’âges, de valeurs, de références identitaires (génération X, Y, 13 novembre), malgré leurs divergences, toutes les générations sont attachées aux solidarités intergénérationnelles.

A côté du registre économique, qui échange du bien et non du lien”, les initiatives intergénérationnelles parlent du rapport au temps. Les plus vieux donnent l’avenir aux plus jeunes en montrant que la vie est longue. Les plus jeunes donnent le passé aux vieux (qui ont tous les âges)” explique Bernadette Puijalon.

Alors qu’il est difficile de se rencontrer, de faire ensemble, de transmettre, dans des espaces communs devenus plus rares, des temps de vie trop différents…

Les initiatives intergénérationnelles permettent alors de modifier les stéréotypes, les clichés, que les générations portent les unes sur les autres.

Elles rompent la logique ségrégative autour d’activités utiles, d’entraide (voir le superbe film de Ken Loach Moi Daniel Blake” où des jeunes débrouillards aident un chômeur senior à remplir en ligne, sur Internet, des formulaires kafkaïens et comment le vieux monsieur va soutenir une jeune femme isolée et ses deux petits enfants).

Le vieux fait le lien charnel entre la mémoire et l’histoire. Il atteste et témoigne de faits qui ne sont plus aplatis par le temps, pour un petit enfant qui peut penser que sa grand-mère a connu les dinosaures ! Chacun donne ainsi son âge et son inscription dans le temps”, insiste Bernadette Puijalon.

Les initiatives intergénérationnelles sont donc à développer, soutenir, encadrer, car sans gestion de projets, sans structuration, elles risquent de s’étioler.

L’Education nationale va structurer un programme d’activités et de formations des enseignants (avec l’association Ensemble demain” demain).
Quant au Prix Chronos de littérature pour la jeunesse du programme Grandir c’est vieillir et vieillir c’est grandir”, il a survécu à la fin de la FNG. Sa créatrice Jacqueline Gaussens milite aujourd’hui pour une utilisation soutenue, accompagnée, des technologies de la communication entre les générations. Elle rappelle que même les plus jeunes enfants ont déjà senti ce que c’était qu’être trop vieux” (pour jouer au bac à sable à 10 ans par exemple).

Un coup de chapeau aux lauréats 2016 du réseau francophone Villes Amies des Ainés sur des initiatives intergénérationnelles :
- Concert’ô : une résidence intergénérationnelles fondée autour de la musique par le bailleur social Logévie à Bordeaux (33).
- Jardin’âges : un espace partagé, solidaire, multifonctionnel, coproduit par 20 associations et les habitants de tous âges et piloté par le CCAS de Bourg de Péage (26).
- On connaît la chanson” au Conservatoire de Limonest (69) : chorale intergénérationnelle Why note”.
- Equipages : un réseau social de proximité, un espace intergénérationnel, des ambassadeurs-seniors qui vont au devant des habitants qui se fragilisent, le tout orchestré par le centre social de St Just à Lyon (69).
- Maison de la solidarité intergénérationnelle à Rixheim (68).
- Des rides et des rêves” : des ateliers des arts du cirque redonnent de l’estime d’elles-mêmes à des personnes très âgées fragilisées suivies par le gérontopôle de Toulouse (31) avec l’association Par Haz’art
- Pens(i)ons Quartier : Bruxelles mobilise les habitants volontaires de quartier autour d’animateurs créant du lien social, des activités, de l’entraide, en lien avec les professionnels de l’aide à domicile notamment.
- Si on s’asseyait pour discuter ?” des chaises design recréent du lien entre les générations à St Etienne (42). Elles sont achetées par la ville et gérée par les associations de quartier (clubs loisir et 3eme âge).
- Des cafés-rencontres à Strasbourg.
- Y’a pas d’âge pour marcher” — Transportez-vous ! Chaque 29 avril (journée mondiale de l’intergénération) une marche adaptée, citoyenne, est organisée dans un quartier de Besançon.
- Des vacances pour eux, un séjour pour nous (lycéen d’un bac professionnel aide à la personne”) : Argol nous voilà ! organisé avec l’Ehpad de Trébrivan (22) : 15 lycéens vivent une semaine, 24h sur 24, avec 15 résidents dans un gite adapté. Initiative déjà primée : Ag2r La Mondiale, Opération + de Vie…
- Recréer du lien social et renforcer la solidarité vers les plus âgés avec la résidence de l’Ourme et le CCAS de Montfort-sur-Meu (35).

Photo : Concert’ô à Bordeaux

Partager cet article

Sur le même sujet