Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Paroles de bénévoles

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 05/12/2016

0 commentaires
La solidarité a le vent en poupe : aujourd’hui, près de 4 Français sur 10 donnent du temps pour les autres, en dehors de la famille*. Et les seniors ne sont pas en reste, puisqu’un responsable associatif sur deux est à la retraite. Ce 5 décembre, à l’occasion de la journée mondiale du bénévolat, Agevillage leur donne la parole. Et pour tous ceux qui souhaiteraient s’engager, retrouvez nos conseils en fin d’article.

bénévoles

Ce que confirme Lucas Viel, en service civique (donc pas tout à fait bénévole) dans un Ehpad : « cette expérience m’a permis de prendre confiance en moi, de m’ouvrir humainement », raconte le jeune homme de 19 ans.

Pour Marie-Odile de Vaugrigneuse, engagée depuis 1999 chez JALMALV (Jusqu’à la mort, accompagner la vie), en faisant du bénévolat « on s’enrichit, on reçoit des autres, et on a, parfois, l’impression de donner, un peu. »

Car les bénévoles interrogés sont formels : s’engager, c’est tout autant donner que recevoir.

C’est aussi donner du sens à son quotidien, prendre du recul et réfléchir sur soi-même. Marie-Françoise, bénévole à la halte-répit détente Alzheimer de Sartrouville en témoigne : « Il faut constamment s’adapter à chacun, à leur état qui se dégrade parfois, avec nos propres fragilités. »

En somme, faire du bénévolat apporte du positif, et ce à tout âge : s’engager permet de se sentir utile, sortir de chez soi, rencontrer de nouvelles personnes et s’épanouir dans de nouveaux projets.

« Le bénévolat permet de lutter contre l’isolement des personnes âgées. Mais il est également très important de valoriser le rôle de nos retraités dans la vie quotidienne. Notre société a effet besoin d’eux pour faire vivre le lien intergénérationnel. Nous ne devons plus concevoir nos seniors comme une charge pour le pays, mais comme une chance, un atout, celui d’avoir plusieurs générations qui se côtoient et qui structurent notre système de solidarité », déclarait lundi Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie.

Bénévolat mode d’emploi

S’il est possible de donner du temps aux autres de manière informelle, mieux vaut se rapprocher d’une association si l’on souhaite être bénévole auprès de personnes âgées, fragilisées. Les Petits frères des pauvres, par exemple, lancent régulièrement des appels à bénévoles, notamment au moment des fêtes de fin d’année.

L’initiative Monalisa, quant à elle, propose à tous les Français de rejoindre ou créer des équipes citoyennes et de se mobiliser afin de renforcer l’entourage des aînés.

Autre formule, Voisins Solidaires donne des outils pour faciliter et soutenir la solidarité de proximité, pour créer un réseau d’entraide entre voisins de toutes générations, dans une optique de réciprocité.

Les aidants aussi

Mais les aidants aussi ont besoin de soutien, d’aide, d’écoute, de partage. Plusieurs initiatives leur sont dédiées, avec des bénévoles qui sont parfois d’autres aidants, à l’instar de la ligne collaborative d’Avec nos proches ou d’Espace singulier, dans l’Essonne, dont les aidants-bénévoles offrent quelques heures de répit aux aidants qui en ont besoin.

Comment faire ?

Une fois votre décision prise, après avoir défini le temps, la fréquence, la forme de votre engagement, contactez l’association ou les associations qui vous intéressent, qu’il s’agisse d’une association purement locale ou de l’antenne de proximité d’une association nationale.

Vous en trouverez les coordonnées dans votre mairie, au Clic ou directement sur le site internet de l’association.

* La France bénévole en 2016, enquête Recherches et solidarités

Partager cet article

Sur le même sujet