Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Carpe Diem : bien vivre chaque jour en maison de retraite

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 12/12/2016

0 commentaires

Même avec une maladie d’Alzheimer

Inventée par Nicole Poirier dans sa maison Carpe Diem au Québec, destinée aux personnes désorientées, le concept se déploie petit à petit en France. Il propose un regard différent sur les personnes malades et mise sur les principales ressources des institutions : les ressources humaines (les professionnels, les proches, les résidents) !

logo carpe diem

En Rhône-Alpes, la maison pour les personnes malades jeunes Ama Diem” (Aime le jour) a ouvert il y a peu. Elle décline les enseignements dans son projet d’établissements et donc dans le quotidien du prendre soin.

Ailleurs, les maisons de retraite choisissent de former leur personnel et d’adapter les enseignements aux réalités françaises.

A la résidence de La Mémoire des ailes” à Marcheprime (33), 8 résidents sur 10 sont atteints de pathologies neurodégénératives. La formation Carpe Diem apporte des explications aux différents troubles du comportement” qui épuisent les soignants.
Une analyse approfondie de ces situations critiques assortie à une vision positive des capacités des personnes accueillies change la donne.

Les équipes pluridisciplinaires, emmenées par la direction, le médecin coordonnateur, l’infirmière référente, analysent la situation, la ou les causses possibles, les éventuels attentes, besoins, difficultés, douleurs… Des solutions sont proposées, testées, évaluées.

Le personnel accompagne de manière plus assurée chaque situation. Les troubles s’apaisent et la qualité de vie au travail s’améliore.

En savoir plus sur l’approche Carpe Diem

Partager cet article

Sur le même sujet