Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Oldushka : quand les femmes âgées russes jouent les modèles

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 09/01/2017

0 commentaires
Autre pays, autre culture, mais même objectif : pour le photographe Igor Gavar comme pour son confrère Ari Seth Cohen à New York, choisir des modèles âgés permet de démontrer que l’élégance n’a pas d’âge. Une façon, aussi, de faire la lumière sur ces personnes âgées invisibilisées, souligne le jeune russe.

oldushka

Originaire d’Omsk, Igor Gavar sillonne la Russie depuis cinq ans à la recherche de personnes âgées habillées de manière élégante et originale, qu’il photographie pour son site Oldushka.

Une démarche esthétique mais aussi engagée. « À coups de rouge à lèvres et fourrures voyantes, les babouchkas que je photographie mènent une résistance », confie-t-il au Courrier de Russie.

« La mentalité russe associe l’originalité à la bizarrerie – il est mal vu de se démarquer (…). Pour les gens du troisième âge, qui ont passé la majeure partie de leur vie sous l’Union soviétique, les vêtements ont avant tout une fonction pratique. Rappelez-vous qu’ils ont été élevés dans l’idée que la modestie est le meilleur des accessoires” », poursuit-il.

oldushka 2Selon lui, les personnes âgées qui prennent le parti d’arborer des tenues originales souhaitent lutter contre les stéréotypes, mais aussi contre l’invisibilisation des aînés, très prégnante en Russie.

S’il salue le travail d’Ari Seth Cohen avec son blog Advanced Style, il estime que les femmes âgées russes vivent une situation bien plus difficile que les New Yorkaises, car elles évoluent dans un contexte plus dur, confrontées au regard des autres mais aussi à un environnement « gris et terne ».

Quoi qu’il en soit, à Paris, Moscou ou New York, mettre les aînés sous le feu des projecteurs, a fortiori pour saluer leur créativité et leur style, ne peut que nous conduire à repenser la vieillesse et nos a priori sur les hommes et femmes qui vivent leur âge comme ils l’entendent.

Lire l’interview d’Igor Gavar dans le Courrier de Russie

Crédits : Igor Gavar — Oldushka

Partager cet article

Sur le même sujet