Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : les femmes naturellement aidantes ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/02/2017

0 commentaires

Fonctions domestiques

Vers qui les regardAnnie de Vivies se tournent-ils naturellement” pour prendre soin d’un proche ?

Vers celui et disons le celle (conjointe, fille, belle-fille, proche, voisine) qui saura naturellement” s’occuper de la santé, de la maladie, de la maison.

Même si les moeurs changent, si les aidants se masculinisent (en tant que conjoint d’une femme malade), traditionnellement c’est aux femmes que reviennent ces fonctions domestiques”.

Rien de naturel à cela.

Juste une question de culture, d’histoire familiale et d’éducation qui continue de proposer des jouets domestiques” aux petites filles et des jouets d’action, d’aventure aux petits garçons.

Et même les femmes, soi-disant plus douées, plus préparées, sont parfois débordées par la complexité de l’accompagnement de personnes atteintes de pathologies compliquées, épuisantes.

Aider l’autre, c’est un métier ! affirme la campagne lancée par le gouvernement.

Il faut des savoirs, des savoir-faire, des compétences, des techniques, des connaissances, pour bien exercer ces métiers. Voir les kits aidants proposés cette semaine.

Faire partie d’une filière de soin est un plus, pour pouvoir passer la main, être remplacé en cas d’urgence, mais aussi grandir dans ces métiers de l’aide (évoluer, bouger, grandir dans une équipe, un service, un accueil…).

Cela demande aussi des financements pour rémunérer correctement ces professionnels, couvrir leurs frais de déplacement, leur garantir une couverture sociale, des soutiens managériaux, des formations…

Face aux financeurs exsangues (l’Etat et sa revalorisation limitée de l’Apa à domicile, les départements sous tension), face aux moyens limités des personnes âgées et de leurs proches, les gouvernements repoussent l’idée d’un 5ème risque de protection sociale, pourtant bien plus facilement finançable que la réforme des retraites, par exemple.

Récemment le crédit d’impôt pour les aides à domicile a été étendu aux retraités non imposables. La Fédération du particulier employeur (Fepem) veut libérer le potentiel économique et social de l’emploi à domicile” et demande la mise en oeuvre immédiate de ce crédit.

300 000 emplois d’aides à domicile seront à pourvoir d’ici 2030. Quel autre secteur économique peut se targuer d’un tel potentiel ?

Question : si les aidants étaient très majoritairement des hommes, ces réformes seraient-elles accélérées ?

Chiche…

Partager cet article

Sur le même sujet