Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'annonce de la maladie, un moment clef

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 20/02/2017

0 commentaires
Vous ou votre proche aviez des doutes, c’est d’ailleurs ce qui vous a conduit à consulter votre médecin traitant puis un spécialiste. Aujourd’hui, ils se confirment : il s’agit bien de la maladie d’Alzheimer. Etape essentielle du parcours, l’annonce de la maladie reste un moment particulièrement difficile à vivre.

Mettre des mots sur des troubles, si angoissants soient-ils, se révèle toujours salutaire : c’est le début du processus thérapeutique.

Le patient d’abord

La loi exige que le patient soit le premier informé, avant, s’il le souhaite, d’autres personnes.

Compte tenu du choc qu’un tel diagnostic peut représenter, compte tenu, aussi, de l’altération plus ou moins marquée des capacités cognitives de l’intéressé, il semble essentiel qu’il soit accompagné pour cette consultation.

Ils seront reçus ensemble dans un deuxième temps.

L’annonce fait généralement suite à des bilans, des consultations spécifiques comme les consultations mémoire : le patient et ses proches savent que la maladie d’Alzheimer est une possibilité.

Penser l’après

Cette annonce doit faire l’objet d’une consultation spécifique, qui vous permettra de poser toutes vos questions pour mieux comprendre la maladie et ses implications sur le quotidien.

Le médecin doit prendre le temps de vous répondre, mais aussi d’évoquer l’après, les perspectives d’activités et de soins, de vous orienter vers les organismes qui pourront vous accompagner (Clic, réseaux, associations…), de vous donner des conseils.

Lorsqu’elle laisse entrevoir un avenir, l’annonce peut être vécue de manière moins dramatique, souligne France Alzheimer Yonne.

Prenez le temps de l’évoquer avec le médecin qui vous reçoit.

Enquête nationale

Pour améliorer la prise en charge des malades, le ministère de la Santé lance un appel aux personnes diagnostiquées il y a moins de 5 ans pour une maladie neurodégénératives à répondre à une enquête.

Elle a plus précisément pour but d’identifier les besoins informatifs et de soutien envers les patients, une fois que la maladie leur a été annoncée.

Les malades peuvent se faire aider d’un proche pour remplir le questionnaire.

Participer à l’enquête

A voir aussi
Le Dr Bénédicte Défontaines, neurologue du réseau Aloïs, rappelle l’intérêt de consulter le plus tôt possible en cas de doute : son interview en images

Partager cet article

Sur le même sujet