Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Dossier aidants : des idées pour vos prochaines vacances

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 06/03/2017

0 commentaires
Le printemps commence tout juste à éclore qu’il est déjà temps d’organiser ses prochaines vacances d’été. Que vous envisagiez ou non de partir avec votre proche âgé, vous avez le choix entre différentes formules. Tour d’horizon dans ce dossier.

Les séjours de répit

Vacances avec un parent âgé

Plusieurs organismes proposent des séjours pour les binômes aidants/​aidés. Une façon de partager de bons moments ensemble, en dehors du quotidien, mais aussi de prendre du temps pour souffler et sortir de votre rôle d’aidant.

France Alzheimer organise ainsi des séjours où les personnes aidées et leurs aidants pratiquent des activités séparément, mais aussi d’autres séjours où les activités sont communes.

Cette année, ils ont lieu en mai, juin, septembre et octobre. A la mer, à la montagne ou à la campagne, il y en a pour tous les goûts !
Consulter le catalogue

L’association Vacances répit famille accueille quant à elle aidants et aidés au sein de ses quatre villages vacances, situés dans le Jura, en Savoie, en Touraine et dans le Maine-et-Loire.

Chacun d’eux comprend une structure médico-sociale, ce qui permet d’accueillir la personne aidée dans des conditions parfaitement adaptée, et de laisser à l’aidant du temps pour lui.

Côté tarifs, ils varient en fonction des villages, de la date du séjour, du type d’hébergement… Mais selon les revenus, 75 à 85 % du coût d’un premier séjour (dans la limite de 14 jours) peut être pris en charge par les caisses de retraite complémentaires Agirc ou Arrco.

Plus d’informations au 05 57 885 885 ou sur le site de l’association.

L’association nationale des chèques vacances (ANCV) offre elle aussi la possibilité de partir en vacances ensemble, à prix très raisonnable.

Les séjours proposés dans le cadre de son programme Seniors en vacances coûtent en effet 393 euros par personne et par semaine, ou 328 euros par personne pour un séjour plus court (5 jours et 4 nuits).

Renseignez-vous auprès du CCAS de votre commune : les séjours de répits ne sont pas ouverts directement aux particuliers mais doivent être organisés via un porteur de projet (CCAS, association, caisse de retraite…).

En savoir plus sur le programme Seniors en vacances

Un séjour temporaire pour votre proche

Différentes aides peuvent vous aider à financer ce type de séjour : l’Apa (allocation personnalisée d’autonomie), l’aide sociale à l’hébergement et dans certains endroits des aides locales, de la mairie ou du Conseil départemental.

Mais vers qui se tourner ?

Première piste, les maisons de retraite. Nombres d’entre elles proposent d’accueillir les personnes âgées pour des séjours temporaires, de quelques jours ou quelques semaines.

Renseignez-vous directement auprès des établissements situés près de chez vous, dont vous pourrez trouver les coordonnées dans notre annuaire.

A noter : le tarif n’est pas fixe, il varie selon les prix pratiqués dans chaque établissement.

Autre possibilité, un accueil ponctuel dans une famille. Une solution humaine, chaleureuse, mais qui doit être encadrée : accueillants familiaux et personnes accueillies doivent signer un contrat. Par ailleurs, les accueillants familiaux doivent être agréés par le conseil départemental.

En termes de prix, l’accueil familial 36 et 56 euros par jour.

Pour trouver un accueil familial, rapprochez-vous du conseil départemental, du Clic ou consulter le site dédié à l’accueil familial, Famidac.

En savoir plus sur l’accueil familial

D’ici à 2018, les habitants de Lyon et des environs devraient quant à eux bénéficier d’une solution supplémentaire, la Maison du répit.

Elle pourra accueillir pour des séjours temporaires des binômes aidants/​aidés, mais aussi des personnes aidées seules, à hauteur de 30 à 45 jours par an, dans d’excellentes conditions (accompagnement humain 7/7 jours par des salariés et des bénévoles formés, équipements et services adaptés…). A suivre.

Passer le relais à domicile

Si vous n’avez pas d’autre personne à qui passer le relais, vous pouvez peut-être envisager une formule type baluchonnage. Encore assez peu répandu malheureusement, ce type de prestation peut être financé par les 500 euros du droit au répit instauré par la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

Mais il faudra rajouter de votre poche : avec tarif de 15 euros de l’heure par exemple pour l’association Bulle d’air, cette somme allouée au répit couvre moins de deux jours de baluchonnage.

Partager cet article

Sur le même sujet