Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : on interpelle les candidats à l'élection présidentielle

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 27/03/2017

0 commentaires

Enjeu politique au sens noble du terme

Le collectif Une société pour tous les âges” avec Agevillage, les organisations professionnelles des services à domicile et établissements d’accueil pour personnes âgées, les associations de famille, de malades (France Alzheimer), les retraités, les médias comme Le Parisien Aujourd’hui en France de ce 27 mars

Annie de VivieOn voit qu’il faut faire pression pour que les enjeux du vieillissement montent parmi les priorités des candidats à l’élection présidentielle.

Une pétition circule sur les conditions du prendre soin et les aides-soignantes elles-mêmes montent au créneau pour raconter leur quotidien, qui ne peut être balayé d’un revers de main (séquence avec un candidat la semaine dernière ; puis un autre).

Chacun est conscient des tensions budgétaires qui pèsent sur les finances publiques, mais cette réalité de la révolution de la longévité ne peut plus être ignorée.

La longévité implique un choix éthique et politique sur la place de toutes les générations dans notre société.

La longévité impose de nouveaux services, de nouvelles formes d’habitats et une révision des modes de financements des politiques sociales.

Cette longévité se vit dans les quartiers, dans les villages, dans les familles où les proches aidants ont besoin d’aide, de répit, de relais à domicile (voir le rapport de la député Joëlle Huillier sur les relayeurs”).

Cette longévité peut faire peur quand le ciel s’obscurcit du spectre Alzheimer”. Mais là aussi une vision systémique, pluridisciplinaire et humaniste de cette maladie peut venir freiner durablement les symptômes invalidants et si coûteux pour la société (c’est la thèse du livre Guérir Alzheimer”).

Prévenir, accompagner, soutenir toutes les personnes plutôt que de les prendre en charge”, sans oublier d’entendre l’épuisement des acteurs de terrain et des aidants.

Cela demande de l’énergie et des financements… rentables en termes de prévention, de moindre recours aux médicaments, aux structures sanitaires et sociales, de valorisation des proches aidants et des professionnels de l’aide et du soin.

Un message d’espoir qui doit être porté politiquement.

Partager cet article

Sur le même sujet