Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Familles gouvernantes : retour sur dix ans d'habitat partagé à Marseille

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/04/2017

0 commentaires
Offrir une vie la plus normale possible à des personnes vulnérables, sous tutelle ou curatelle : tel est l’objectif des habitats partagés Familles gouvernantes, créés à Marseille il y a 10 ans. Une solution placée sous le signe de l’entraide, de l’autonomie et de la citoyenneté.

familles gouvernantes

Au départ, une question simple : comment faire quand on ne peut pas habiter seul mais qu’on est trop autonome pour intégrer un établissement spécialisé ?

Pour y répondre, l’Union départementale des associations familiales des Bouches-du-Rhône ((Udaf 13) invente en 2007 une formule d’habitat partagé sur mesure, destinée aux personnes protégées (tutelles, curatelles) : le dispositif Familles gouvernantes.

Chaque logement compte cinq chambres, et des espaces communs. En plus des infirmières qui se déplacent matin et soir, une gouvernante, formée, orchestre la vie de la maison du lundi au samedi.

La gouvernante, chef d’orchestre de la colocation

A ses côtés, les colocataires entretiennent leur lieu de vie, font les courses et cuisinent tous ensemble.

La gouvernante propose des activités stimulantes (intellectuelles, sensorielles et motrices), et encourage la vie sociale des habitants, qui peuvent organiser des sorties, et même partir en vacances ensemble s’ils le souhaitent.

Un savant mélange entre vie collectif et intimité, puisque chacun dispose d’un espace privé (une chambre, ou dans les colocations les plus récentes un studio).

Et le week-end, quand elle est absente ? En dix ans, aucun problème à signaler, se félicite Dahalani M’Houmadi, le directeur de l’Udaf 13

Miser sur les capacités qui restent

En cas d’incident, les colocataires ont toujours trouvé une solution seuls : « en proposant à ces personnes de vivre dans la cité plutôt qu’en établissement, face à la réalité du quotidien, nous les encourageons à faire appel à leurs ressources, leurs capacités », souligne-t-il.

L’expérience démontre qu’un accompagnement 24h/​24 n’est pas nécessaire, même en cas de handicap psychique ou de troubles cognitifs.

Fort de cette réussite, le concept Familles gouvernantes s’est déployé petit à petit à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône. Neuf colocations sont installées, et une dixième ouvrira d’ici à la fin de l’année.

Les personnes qui y logent, choisies sur la base du volontariat et après passage devant une commission de professionnels, ont entre 30 et plus de 60 ans.

Mais pour mieux accueillir les plus âgés, l’Udaf 13 envisage de mettre en place des colocations à trois.

Partager cet article

Sur le même sujet