Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les aidants aident 16 heures par semaine sans anticipation financière

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 02/05/2017

0 commentaires

Nouvelle étude

anticipation financière des aidants à domicileDeux nouvelles études sur la solidarité familiale et les proches aidants (*) montre que sept aidants sur dix considèrent leur rôle comme évident et naturel. Ils y consacrent 16 heures par semaine et 30 heures pour les aidants permanents, quasiment un temps complet.

Qu’apportent les aidants concrètement ?
Tout d’abord une présence, un soutien moral (83%). Ils s’occupent des démarches administratives (81%) ainsi que des courses ou des sorties/​promenades (75%). A noter : 17% vivent à domicile avec la personne aidée.

Ces proches aidants manquent de soutiens
Un sur trois s’occupe seul du proche en perte d’autonomie. 7 sur 10 ne bénéficie d’aucune aide professionnelle. et une très faible majorité (55%) a contacté un organisme d’aide.
8 aidant sur 10 aurait aimé de l’aide au démarrage de leur situation.
Et notamment un accompagnement administratif (63 %), un bilan social pour évaluer les besoins d’aide
(58 %), pour la prévention des risques de chute (56 %), un service de téléassistance (53 %).

Ce rôle d’aidant a aussi des impacts.
Des impact sur leur vie professionnelle
(44%, avec du stress et de la fatigue pour les trois quart d’entre eux), sur leur vie personnelle et familiale (43%) et sur leur vie sociale (41%).
Ce rôle d’aidant a aussi un impact financier estimé dans cette étude à 2049 € en moyenne par an : frais de transport (38 %), d’aménagement du domicile de la personne aidée (28 %) et de reste à charge ou achats de médicaments (24 %).
Ce chiffre de 2000 euros par an correspond en effet au vécu de notre famille mais parce que nous étions quatre aidants autour de mon père !” explique Claudie Kulak qui a créé la Compagnie des aidants et préside l’association pour la journée nationale des aidants. Mon père avait une retraite confortable de 1800 €/​mois. Quand il a dû entrer en EHPAD, malgré les aides (APA), il restait 8000 €/​an à financer. Sa femme et ses trois enfants, nous avons été obligés alimentaires pour financer cet accueil. On voit que le besoin reste énorme concernant l’aide directe aux personnes fragilisées, malades.“

Pour Florence Leduc, présidente de l’association française des aidants (AFA), Cette étude et ce montant reflètent des réalités tellement différentes, que l’on peut se questionner sur le sens d’une moyenne ! Pour les uns, il s’agit de cesser l’activité professionnelle et donc de renoncer à une rémunération, pour d’autre d’aider financièrement aux coûts de l’intervention professionnelle, pour d’autres encore de financer les transports pour se rendre sur les lieux où habitent les proches. Il faudrait donc faire des sous-groupes et par ailleurs, comprendre ce que ces chiffres vont permettre de faire évoluer ?“

La question de l’aide à l’autonomie d’un proche âgé reste tabou dans les familles
A
peine trois personnes sur quatre osent l’aborder et seuls 2 Français sur 10 l’ont préparée financièrement.

(*) Sources
Baromètre « Argent et entraide familiale : où en sont les Français ?” de la Mutuelle CARAC avec Opinion way
Échantillon de 1 000 Français âgés de 18 à 75 ans ayant au moins 1 enfant, frère, soeur, parent ou grand-parent au sein de leur cercle familial actuel. Individus issus d’un échantillon national représentatif de la population française selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et de région de résidence. Questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI. Interviews réalisées du 22 février au 3 mars 2017.
Et enquête Focus sur les aidants familiaux : Échantillon de 1 022 aidants âgés de 40 à 75 ans. 56 % de femmes / 44 % d’hommes, âge moyen 55 ans. Actifs pour 59 % d’entre eux. Individus issus d’un échantillon national représentatif des 40 à 75 ans sur les critères de sexe, d’âge, de région de résidence et de catégorie d’agglomération. Seuls les aidants familiaux ont été retenus. Questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI via un panel partenaire. Interviews réalisées du 22 février au 3 mars 2017.

Partager cet article

Sur le même sujet