Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Maltraitance : le courage de voir, le choix d'en parler

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 19/06/2017

0 commentaires
Souvent insidieuse, la maltraitance peut pendre de nombreuses formes : physique, psychologique, financière, négligence, déni de citoyenneté… Le 15 juin avait lieu la journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, une journée encore, malheureusement, plus que nécessaire : selon l’organisation mondiale de la santé, 16 % des personnes âgées sont touchées.

« Maintenir ou placer une personne dans un lieu inadapté pour des raisons financières, parce que ça coûte moins cher est aussi une forme de maltraitance », souligne la juge Anne Caron Déglise.

S’il est difficile d’avoir un état des lieux clair de la maltraitance des personnes âgées en France, puisque les chiffres proviennent uniquement des faits signalés au 3977, certaines constantes demeurent :

  • La maltraitance touche davantage de femmes (75 %)
  • Les faits ont principalement lieu à domicile (70 %)
  • Ils sont commis en majorité par l’entourage familial (55 %)
  • Les cas de maltraitance financières augmentent (+ 2,5 points entre 2015 et 2016)

Pour Claude Lepresle, président d’Alma (allô maltraitance) Paris, il existe des maltraitances financières dans plus de 50 % des cas remontés à la plateforme, seulement elles ne sont pas nécessairement identifiées dès le premier appel.

Il rappelle également que dans de nombreuses situations, plusieurs formes de maltraitances s’imbriquent.

En cas de doute, que l’on soit victime ou témoin, le meilleur réflexe est d’appeler le 3977. Les écoutants, formés, ont pour mission d’écouter les appelants, de les accompagner dans leurs démarches et d’alerter les institutions concernées si nécessaire.

Le numéro a reçu 29 610 appels en 2016.


Infographie, les chiffres de la maltraitance ALMA
Partager cet article