Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

De l'intérêt d'une activité physique pour les aînés... et les aidants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/07/2017

0 commentaires

Des idées pour bouger ensemble

Quand on consacre son temps libre à accompagner un proche âgé, pas facile de dégager du temps pour pratiquer une activité physique, et de mobiliser son parent pour y participer. Pourtant, ses bienfaits sont démontrés, aussi bien pour les personnes âgées que pour leurs aidants.

activité sportive

Une étude récente* menée auprès d’une centaine de personnes âgées de huit maisons de retraites française vient de souligner que les activités physiques sont tout autant efficaces que les autres (chant, arts plastiques…) pour préserver les capacités cognitives, physiques et fonctionnelles.

A condition que chaque activité soit un moment de plaisir : son contenu importe finalement peu, c’est la manière dont elle est menée qui compte. En petit groupe, de manière régulière et dans une ambiance conviviale et rassurante.

Pour les aidants, pratiquer une activité physique permet d’apprendre à utiliser son propre corps, et d’éviter ainsi les douleurs liées à de mauvaises postures. Sans oublier l’impact sur le moral et le bien-être.

Puisque que le mouvement est bénéfique pour les aidants comme les aidés, pourquoi ne pas pratiquer ensemble ?

Des idées pour bouger ensemble

Vous pouvez opter de la marche, de la gym douce… seuls ou avec le soutien de professionnels, comme ceux du programme Domisiel (groupe associatif Siel Bleu) qui interviennent à domicile.

Les ateliers santé de l’Association française des aidants proposent quant à eux aux participants d’expérimenter différentes formes d’activité (yoga, marche, sophrologie…) et de trouver des solutions concrètes à mettre en œuvre avec son proche.

Bricolage et jardinage constituent aussi des moyens de se mettre en mouvement, ensemble, et de partager de bons moments.

Si l’étude citée plus haut a aussi mis en lumière l’impact positif de l’activité physique sur la réduction du nombre de chute, elle a aussi permis d’observer un effet des activités créatives sur l’alimentation des résidents. Les deux formes d’activités sont donc bien complémentaires.

A lire aussi :



*Etude Leden, Institut du bien vieillir Korian

Partager cet article

Sur le même sujet