Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Mobilité, transport vers les solutions de répit : initiatives

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/07/2017

0 commentaires

Solutions innovantes de transport

mobilité seniors initiatives transportSortir, bouger, se soigner… les handicaps et maladies limitent parfois la mobilité des plus âgés. Leurs proches aidants recherchent des solutions pour le transport vers des accueils de jour, des solutions de répit.

Les vélos sans âge venus du Danemark, les cyclopousses proposés par des résidences autonomie, des Ehpad (Etablissements pour personnes âgées dépendantes cf. La maison de l’Amitié à Albi) permettent de sortir, de voir la ville évoluer, de se rendre à un rendez-vous médical, mais aussi de créer des liens avec les passants.

Aux solutions de transports à la demande pilotées par les municipalités ou les associations (cf en Vendée), les accueils de jours pour les personnes malades Alzheimer développent leur offre de transport associée.
Ainsi lOmnibus 54 véhicule dans quatre accueils de jours autour de Nancy.
Le transport est réalisé par une équipe formée à l’aide aux personnes à mobilité réduite ou atteintes de pathologies cognitives. Les personnes fragilisées sont accueillies dans des véhicules adaptés. La location du véhicule avec chauffeur peut aussi s’envisager à la journée ou pour des transports ponctuels sur réservation. En savoir plus à la Maison Notre Dame de Bon repos de Maxéville au 03 83 35 02 89.

A Limoges, le groupement d’intérêt public Autonom’Lab teste la mise à disposition de six scooters médicalisés aux résidents qui souhaitent sortir et retrouver une vie sociale à l’extérieur de la résidence senior. Avec leurs 4 roues bien stables, leur siège aménagé en chaise avec accoudoir, leur panier accroché au guidon, les scooters roulent de 7 ou 12 km/​h selon le modèle. Leur autonomie est de 40 km maximum. Passer l’appréhension, les témoignages de Christiane et Suzanne 88 et 90 ans sur France Télévision. Le prêt est en test jusque fin septembre puis un modèle économique devra être trouvé car les scooters médicalisés ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale.

Scooters médicalisés en test

Partager cet article

Sur le même sujet