Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Conseils pour un été sans risque

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 04/07/2017

0 commentaires
Les jours les plus longs, un taux d’ensoleillement plus élevé et des températures à la hausse pour profiter des congés, nous sommes nombreux à attendre la période estivale avec impatience. 
Mais pour nos aînés, fragilisés par l’âge, l’été et ses fortes chaleurs peuvent aussi être synonyme de plus d’isolement et d’une aggravation de leur état de santé. 
En écho au plan canicule désormais activé chaque 1er juin pour éviter toute nouvelle catastrophe de l’ampleur des événements survenus en 2003, les informations et conseils à connaître et à partager pour un été serein.

Seniors, une vulnérabilité accrue aux périodes de fortes chaleurs 

En vieillissant, notre corps perd nettement de sa capacité de régulation et se trouve de fait plus sensible au froid comme au chaud. 
Affaibli et plus sensible, le corps va alors soit se déshydrater par excès de transpiration ou fortement monter en température par défaut de sudation… deux extrêmes qui conduisent cependant tous deux au même danger, l’hyperthermie maligne ou coup de chaleur.
Parce qu’il est potentiellement mortel, un coup de chaleur doit être pris en charge le plus rapidement possible par du personnel médical et dans l’attente traité par des actions de refroidissement comme l’application de linges frais, en particulier sur la tête et le haut du corps.
La prévention doit cependant rester une priorité.

Coup de chaleur : les bons gestes préventifs

Repérer un coup de chaleur n’est pas toujours aisé car les symptômes sont nombreux et pas tous simultanés. 
Forte montée de température, vertiges, nausées et/​ou diarrhées, convulsions avec ou sans perte de connaissance, délires et troubles de la vision sont les principaux signes d’un coup de chaleur qui peut entraîner rapidement de graves conséquences chez une personne fragile.

Pour prévenir le coup de chaleur, quelques règles simples à appliquer : 
  • Veiller à une hydratation régulière sans attendre la soif en multipliant les types de boissons (eau, infusion, jus de fruit) en évitant toutefois café et thé en raison de leur action diurétique ; 
  • Ne pas sauter de repas et favoriser des aliments légers et riches en eau ;
  • Rafraîchir régulièrement le corps avec un linge frais et ne pas hésiter à prendre de petites douches au cours de la journée ; 
  • Grâce à un petit matériel de diagnostic accessible à tous comme un tensiomètre et un thermomètre, surveiller régulièrement les indicateurs de tension et de température ;
  • Ne pas sortir aux heures chaudes et si possible passer quelques heures dans un local rafraîchi.


Logement : s’équiper pour prévenir mais aussi pour alerter 

Pour passer plus facilement les pics de chaleur, des investissements peuvent être faits pour améliorer le logement :
  • L’installation de volets roulants extérieurs ou la réfection des fenêtres pour une meilleure isolation sont des travaux qui peuvent faire l’objet d’aides de l’état sous forme de crédit d’impôt ou de prêt à taux zéro.
  • Si le budget pour un climatiseur s’avère trop important, un ventilateur devant lequel on place un linge frais sera un achat utile pour un budget raisonnable.

Pour aider les seniors souvent plus isolés durant la période estivale en raison des départs en vacances, quelques mesures simples : 
  • Investir dans des objets connectés : montre, médaillon, capteurs… des objets reliés à un centre de téléassistance pour alerter en cas de chute ou de malaise ;
  • Se faire connaître auprès des Services Sociaux de sa commune pour bénéficier d’appels et de visites régulières organisés avec l’aide de bénévoles ; 
  • Garder une liste des proches et enregistrer sous forme de raccourcis les numéros d’urgence sur le téléphone.
Partager cet article

Sur le même sujet