Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, ça a du bon

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/08/2017

0 commentaires
Aider un proche est rarement de tout repos. Entre difficultés à concilier vie d’aidant et vie professionnelle, l’impact de la situation sur la relation avec celui qu’on aide, les risques pour sa santé, la vie sociale forcément amoindrie… Mais aider son parent, son conjoint, son enfant est aussi associé, heureusement, à des conséquences positives…

Aidants et personnes âgées

Une équipe de chercheurs indiens ont ainsi étudié l’impact positif de la relation d’aide… pour les aidants.

55 personnes accompagnant des malades d’Alzheimer ont été interrogées : 23 enfants, 22 conjoints et 10 autres membres de la familles ou proches, âgés de 49 ans en moyenne.

Résultats, quelles que soient les difficultés de la situation (évaluée par la grille du fardeau de Zarit, les aidants déclarent que leur rôle à un impact positif sur leur estime de soi, leur donne satisfaction et les enrichit.

En revanche, les situations les plus difficiles jouent sur la motivation à aider, surtout quand l’aidé n’est pas le conjoint.

Reste que la satisfaction des aidants qui ressort de cette étude se répercute positivement sur la qualité de vie des aidants, et in fine des aidés.

Les rapports aidants/​aidés, les situations d’aide sont donc infiniment plus complexes que le sombre tableau trop souvent dépeint. Des réalités toutes en nuances à considérer…

Références de l’étude (en anglais) : Grover S et al. Positive Aspects of Caregiving Experience among Caregivers of Patients with Dementia. East Asian Arch Psychiatry 2017 ; 27 : 71 – 78. Juin 2017.

Partager cet article

Sur le même sujet