Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Levothyrox : comprendre la polémique

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 28/08/2017

0 commentaires
Vous n’avez pas pu y échapper : depuis une semaine, les médias généralistes se font l’écho d’une polémique sur la nouvelle formule du Levothyrox, un médicament pris chaque jour par trois millions de Français malades de la thyroïde. Faut-il s’inquiéter ? Quelle est la conduite à tenir pour les malades ? Eléments de réponse.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 155 000 personnes ont signé la pétition demandant le retour à l’ancienne formule du Levothyrox, le nom commercial de la lévothyroxine produite par le laboratoire Merck.

La nouvelle formule, commercialisée depuis mars, causerait en effet de graves effets secondaires selon des témoignages de patients. Les associations de malades crient à la crise sanitaire, les articles se multiplient dans la presse… ce qui ne manque pas de faire réagir.

Entre les malades qui s’inquiètent pour leur santé et ceux que la polémique hérisse, comme Marie*, 33 ans : « Qui sont ces gens qui parlent en mon nom ? », s’emporte la jeune femme qui vit depuis 8 ans sans thyroïde. « Je fais quoi sans Levothyrox ? Je finis en réa ! »

levothyrox polémique


Pour comprendre, revenons sur la nouvelle formule.

D’abord, le principe actif n’a pas changé : le Levothyrox est toujours composé de lévothyroxine, une version artificielle de la thyroxine, l’hormone thyroïdienne.

En revanche, les excipients, c’est-à-dire les substances qui permettent l’assimilation du médicament ont été modifié.

Le lactose, mal supporté par de nombreuses personnes, a été remplacé par de l’acide citrique anhydre et du mannitol, qui ont également l’avantage de rendre le médicament plus stable.

Pourquoi la formule a été changée ?


Le laboratoire a procédé à cette modification à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).
Avec le lactose, il pouvait en effet exister des différences de teneur en lévothyroxine non seulement d’un lot à l’autre de Levothyrox mais aussi au cours du temps pour un même lot, explique l’Agence.

Qu’est-ce que le mannitol ?


Cette substance, pointée du doigt comme responsable de tous les maux, est utilisée en médecine mais aussi dans l’industrie agro-alimentaire.

Elle sert d’additif alimentaire (E421) pour ses pouvoirs édulcorants et humectants, et donc d’excipient. De nombreux médicaments en contiennent, comme le Citrate de bétaïne également composé d’acide citrique.

A haute dose, le mannitol peut avoir un effet laxatif. Mais ce n’est pas le cas dans le Levothyrox.

A noter : le générique du Levothyrox contient également du mannitol.

Pourquoi certaines personnes ont-elles des effets secondaires avec la nouvelle formule ?


Le principe actif étant assimilé différemment du fait des nouveaux excipients, un déséquilibre thyroïdien peut se produire. Parmi les symptômes, fatigue, constipation, diarrhée, palpitations, diarrhées, sueurs, bouffées de chaleur, perte de cheveux, insomnie…

Sans compter l’effet nocebo. Cet inverse de l’effet placebo, ou le fait de ressentir des effets positifs sans aucune raison scientifique, conduit les patients à ressentir des signes, des effets nuisibles, sans raison valable.

Je ressens des effets secondaires, que faire ?


Surtout continuer à prendre son traitement.

Et en cas de doute, si les symptômes persistent, refaire un dosage de TSH (l’hormone qui stimule la thyroïde), en particulier pour les personnes âgées.

Où s’informer ?


D’abord, auprès de votre médecin généraliste ou de votre endocrinologue.

Vous pouvez aussi appeler l’ANSM, qui a mis en place un numéro vert dédié, accessible du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures : le 0 800 97 16 53.

A lire aussi :

Partager cet article

Sur le même sujet