Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les mots du bien vieillir : une étude pour faire changer de regard sur le grand âge

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 11/09/2017

0 commentaires
korian fondation bien vieillir« Dépendant », « malade », « grabataire », « placé en maison de retraite » … Les mots que nous employons conditionnent nos perceptions. Pour parler plus justement du grand âge, des professionnels, des chercheurs ont mené l’enquête et demandé leur avis aux premiers intéressés.

« Les mots que l’on utilise influent positivement ou négativement sur la perception des personnes, des professionnels, de l’environnement, de la vieillesse en général », observe Aude Letty, déléguée générale de la Fondation Korian pour le bien vieillir.

« Pour parler plus justement du grand âge, il fallait trouver un lexique plus juste », poursuit-elle.

Aussi, après avoir fait appel à des chercheurs pour identifier les mots généralement utilisés et leurs alternatives, la fondation a testé une liste de 185 termes auprès de 1000 Français de tous âges.

Sans surprise, troubles cognitifs est préféré à démence, pendre soin à prendre en charge, perte d’autonomie à dépendance.

Plus inattendu, les résultats de l’étude incitent à remplacer personne âgée par aîné.

« Le mot permet de sortir d’une logique basée uniquement sur l’âge : après tout, quand devient-on aujourd’hui une personne âgée, alors qu’on est toujours l’aîné de quelqu’un », explique Serge Guérin, président du Conseil scientifique de la fondation.

« Par ailleurs, « aîné » traduit l’idée — positive — de transmission ». C’est d’ailleurs l’appellation préférée par les plus de 65 ans, quand les plus jeunes optent plutôt pour des termes affectueux type « papis » et « mamies ».

Reste à voir si les Français sont prêts à changer de vocabulaire pour changer de regard…

Revoir le débat sur les mots du bien vieillir, animé par Serge Guérin, le professeur Gilles Berrut, président du Gérontopôle des Pays-de-la-Loire, Aurélie Gallin, psychologue et Carole Renucci (Notre Temps).








Photos copyright Korian
Partager cet article

Sur le même sujet