Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Maladie = apprentissage

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/09/2017

0 commentaires

Prendre la santé en main

Quand la maladie, le handicap vous tombe dessus, difficile de ne pas être abattu.

Annie de VivieLa sidération peut être terrible quand la maladie s’appelle Alzheimer”. L’étiquette se colle sur votre front et les regards se font de plus en plus compassionnels, apeurés… face à l’avenir. La crainte de dériver de l’accompagnement à l’assistanat s’entend.

France Parkinson comme France Alzheimer se mobilise depuis plusieurs années avec un programme de formations destiné aux proches aidants.

Mais les personnes malades demandent aussi des ateliers dédiés. Pour comprendre et surtout dire qu’ils ne sont les malades de personne”.

France Alzheimer développe ainsi des ateliers d’éducation thérapeutique destinés aux personnes malades, pour apprendre à vivre avec cette maladie.

Et ce sans perdre le lien avec les autres (avec ou sans technologies), sans oublier de s’informer (voir deux guides dont celui des notaires), en s’appuyant sur les actions de prévention utiles pour tous comme cette semaine : limiter les médicaments (jusque 58 par jour !!), favoriser les activités physiques avec Siel Bleu, bien s’alimenter avec le Silver Fourchette Tour, aménager son logement voire déménager en résidences services seniors, en établissement pour personnes âgées dépendantes… qui gagneraient à être plus rassurants, labellisés.

La maladie bouleverse, secoue.
Elle oblige à s’adapter, à développer des aprentissages pour vivre au mieux avec elle.
Elle transforme la personne malade qui devient expert” de son vécu et peut même l’enseigner comme à lUniversité des patients. Elle invite les proches, les aidants à s’adapter eux aussi (voir cette semaine l’introduction de proches aidants dans le programme TV Plus belle la vie”).

Les personnes malades nous demandent, souvent avec humour, de garder un comportement d’égal à égal avec elles. Elles sont nos soeurs, nos frères.

Elles nous rappellent que la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Que s’adapter, apprendre, est au coeur de notre vie, de notre survie.

Partager cet article