Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Cancer du sein : le point sur le dépistage après 50 ans

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/10/2017

0 commentaires
En ce mois de sensibilisation au cancer du sein, le point sur les dernières recommandations de dépistage après 50 ans.

institut national cancer

L’institut national du cancer vient de publier une brochure destinée aux personnes de 50 ans et plus, consacrée au cancer du sein.

Son but ? S’informer avant de décider.

En effet, si le dépistage systématique permet, il est vrai, de détecter de nombreux cancers du sein à un stade peu évolué, ce qui augmente les chances de guérison, il peut aussi avoir des conséquences néfastes.

Comme le surdiagnostic, c’est-à-dire la détection de cancers qui évolueront peu ou n’auront pas de conséquences pour le/​la patient∙e. Un surdiagnostic qui entraîne un surtraitement : les patients seront traités « pour rien », avec parfois de lourds conséquences (effets secondaires de la chimiothérapie, ablation…).

Le livret de l’Inca donne donc des éléments supplémentaire pour faire un choix éclairé : à lire avant de se décider, même si, selon les médecins du collectif Cancer rose, il ne donne pas une information complète aux lectrices.

Et dans le doute, le meilleur interlocuteur pour comprendre les tenants et les aboutissants du dépistage reste le médecin traitant.

Consulter le guide Dépistage des cancers du sein — s’informer et décider


Et le dépistage génétique ?


Certains cancers sont liés à une mutation génétique, notamment le cancer du sein : un cancer du sein sur 20 est lié à l’hérédité.

Les personnes considérées comme à risque de porter cette mutation peuvent passer un test génétique, sur prescription médicale et entièrement remboursé. Parlez-en à votre médecin.

Plus d’information sur le site de l’association Geneticancer.


Partager cet article

Sur le même sujet