Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Tout savoir sur la résidence autonomie, entre le domicile et la maison de retraite médicalisée

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 27/11/2017

0 commentaires

Anciens (Logements-foyers)

Entre le domicile traditionnel et la maison de retraite médicalisée (EHPAD : établissement pour personnes âgées dépendante) se décline tout une offre d’habitats dits intermédiaires (voir l’étude récente de Serge Guérin sur l’intérêt de ces nouvelles formes d’habitat ).
De la petite unité de vie aux béguinages, en passant par les Marpa, les Résidences Services Seniors plus haut de gamme de développent aux côtés des quelques 2000 résidences autonomie, anciens logements-foyers, à caractère social.


résidence autonomieRésidences autonomie = les anciens logements-foyers
Depuis le 1er janvier 2016, date d’entrée en vigueur de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV), les logements-foyers sont désormais appelés Rrésidences autonomie.

Ce changement de nom s’accompagne d’un renforcement du rôle de ces structures dans la prévention de la perte d’autonomie (restaurant, permanence, ateliers pour bien vieillir notamment).

Une résidence autonomie est un établissement médico-social destiné aux personnes autonomes (GIR 5 et 6) de 60 ans et plus (seules ou en couple). Ces établissements ne sont pas médicalisés et n’assurent pas de soins en interne. Cependant, comme à son domicile, le résident peut avoir recours à des services extérieurs (aide à domicile, infirmiers…).

Les résidences autonomie comportent en moyenne une cinquantaine de logements allant du studio au T2, équipés d’un coin cuisine et de sanitaires indépendants. Les espaces communs sont partagés par les résidents.

Chacun emménage avec ses meubles, bibelots et effets personnels. Des services collectifs facultatifs sont prévus, dont une permanence nocturne, mais l’indépendance de chaque résident est préservée. Il n’y a pas d’aide individualisée.

Cette offre d’hébergement constitue une réponse efficace dès l’apparition des premiers signes de fragilité. Il permet de ne plus être seul tout en préservant l’indépendance et le lien social. Les résidences autonomie sont souvent construites à proximité des commerces, des transports et des services.

A noter : sous certaines conditions, les résidences autonomie peuvent accueillir des personnes plus fragilisées en GIR 1, 2 et 3 (dans la limite de 15 % des occupants) et GIR 4.

En pratique
L’entrée dans un logement d’une résidence autonomie passe, comme en maison de retraite, par un contrat écrit. Il doit prévoir une période d’essai et préciser, entre autres, la durée et les modalités du maintien à disposition en cas d’hospitalisation. Le coût des différentes prestations ainsi que le calcul de leur réactualisation doivent également y être précisés.

Selon le type d’établissement choisi, le dossier d’admission est à retirer auprès de la résidence directement ou auprès des CCAS si la résidence autonomie (foyer-logement) est gérée par la Ville.

Tarifs des résidences autonomie
Selon le type de logement, le loyer est compris entre 400 et 1000 € (plus les services à la carte) avec la possibilité de bénéficier de l’aide personnalisée au logement (APL), de l’APA si le GIR dépasse le GIR 4 ou de l’aide sociale à l’hébergement (ASH).

Le site www​.pour​-les​-personnes​-agees​.gouv​.fr a mis en ligne les tarifs de ces résidences autonomie.

Un forfait autonomie versé par le département vient financer des dépenses non-médicales permettant de préserver l’autonomie des résidents : nutrition, action de développement du lien social, exercices pour stimuler la mémoire, etc., sous réserve de respecter certains engagements.

Statuts des résidences autonomie
Ces résidences autonomie sont majoritairement portées par les collectivités locales en lien avec le parc HLM ou les structures de l’économie sociale et solidaire (associations, mutuelles).

Le parc actuel construit dans les années 7080 vieillit. Des plans de rénovation sont à l’étude ou la construction de nouvelles résidences souvent en lien avec des services d’aide, de soins ou des EHPAD.

Où s’adresser ?

Au centre d’action sociale de votre commune : CCAS.
Au Conseil départemental (chef-lieu du département) : au standard, demander le service aide sociale aux adultes”.
Recherchez aussi les résidences-autonomie dans l’annuaire Agevillage.

Partager cet article

Sur le même sujet