Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Mobilité et troubles cognitifs : le métro de Toulouse en mode inclusif

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 27/11/2017

0 commentaires
Pour faciliter l’accès du métro à tous et en particulier aux personnes en situation de handicap mental ou cognitif, Tisséo, le réseau de transports en commun toulousain, a dévoilé la semaine dernière la démarche « Mon métro en images », une première en France. Explications.

« Un réseau accessible à tous est un vecteur d’inclusion, de liberté, de mobilité et de vivre ensemble », rappelle Jean-Michel Lattes, président de Tisséo et premier adjoint au maire de Toulouse.
Depuis 2014, le réseau est ainsi accessible aux personnes à mobilité réduite. Le personnel a été formé à l’accueil des voyageurs en situation de handicap, notamment par l’apprentissage de la langue des signes françaises.

Cette année, Tisséo franchit un cap supplémentaire en se préoccupant des personnes fragilisées, qui éprouvent des difficultés pour :

  • se repérer dans l’espace ;
  • sélectionner l’information ;
  • lire et comprendre la langue française ;
  • déchiffrer l’alphabet ;
  • mémoriser les étapes de son déplacement.

Et ce quelle que soit la raison de leurs difficultés.

Le dispositif « Mon métro en images » compte plusieurs composantes.

D’abord, chacune des 38 stations des lignes A et B a été associée à un pictogramme simple et facile à comprendre.

Ainsi, la station Mermoz est matérialisée par un avion, Patte d’oie par une oie, Basso Cambo (champs bas en occitan) par des épis de blés…

Ces visuels sont affichés dès l’extérieur de chaque station et sur les quais. Ils indiquent à la fois la station où se trouve le voyageur et la direction du train.

Ils permettent aux usagers de trouver leur station, de se repérer dans le réseau mais aussi de préparer leur déplacement.

Des plans reprenant ces pictogrammes ont été imprimés, et une application pour smartphone, baptisée eô, permet aux utilisateurs de construire leur trajet sans avoir recours à la lecture.

Pour chaque trajet, ils peuvent aussi choisir d’entrer un numéro de téléphone à appeler s’ils se perdent.

Et l’an prochain, des jeux de cartes reprenant les pictogrammes seront disponibles pour les voyageurs qui souhaitent préparer et visualiser leur parcours avant leur déplacement.

Le projet, initié en 2014, a mobilisé des associations, des chercheurs, des usagers et les lycéens en section design graphique du lycée des Arènes.

Crédit photo : Maxime Lafarge, CC BY-SA 3.0

Partager cet article

Sur le même sujet