Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Pourquoi recourir à l'accueil temporaire ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 04/12/2017

0 commentaires

Se poser, respirer, réfléchir

Le Groupe de Réflexion et Réseau pour l’Accueil Temporaire des Personnes en situation de Handicap, GRATH, fêtait ses 20 ans le 28 novembre dernier. L’occasion de revenir sur les avancées de cette solution de répit et de lancer les perspectives à venir.

L’accueil temporaire est une solution pour se poser, respirer, réfléchir.
olivin et cécillon GRATH

Pour Jacques Cécillon (à droite), le nouveau président du Grath, l’accueil ou hébergement temporaire gagne à être connu des personnes fragilisées et de leurs proches aidants. Pouvoir être accueilli dans un environnement adapté une semaine, un mois, jusque 90 jours est une solution appréciable.
Cet accueil vient soulager les proches qui vont pouvoir souffler, se soigner, être hospitalisés, prendre des vacances, pour les uns et les autres.
C’est aussi une solution pour reprendre des forces (passer l’hiver), souffler, rencontrer d’autres personnes, réfléchir à l’avenir, aux solutions à envisager en levant la pression de l’urgence.

Trouver un hébergement temporaire
14 535 places pour personnes âgées dans 3 329 structures sont référencées identifiées en temps réel sur le portail Internet Sarah© qui sera aussi accessible du portail SOS Répit”.
Ces places existent dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), au sein de résidences dédiées à cette forme d’hébergement temporaire, mais aussi à domicile (avec l’appui de services d’aides et de soins), au sein de familles d’accueil (voir le service Cette Famille par expemple).
Le Grath continue de militer et veut développer un label de l’accueil temporaire pour assurer une meilleure visibilité de cette offre de répit pour les proches aidants, ainsi qu’un plus grand déploiement des places sur les territoires. Le Grath n’oublie pas le problème de l’accessibilité financière de ces séjours, qui reste un frein incontestable souligne son président.


Partager cet article

Sur le même sujet