Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

3% des endeuillés ont recours à un service de soutien

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 04/12/2017

0 commentaires

Ecoute

La deuxième journée des soins palliatifs en Ile de France ce 2 décembre a permis aux nombreuses associations mobilisées de rappeler leurs offres d’aides et de soutien quand à peine 3% des personnes endeuillées font appel à elles.

Groupes de parole, soutiens individuels, entraides en ligne


gestion du deuil

Livres, films, témoignages… Les supports se multiplient pour tenter de venir en aide aux personnes qui accompagnent un proche ainsi qu’aux endeuillés (voir la brochure Le deuil une histoire de vie”).
Comme notre société ne permet plus de repérer ces personnes en souffrance, endeuillées (plus de signes extérieurs comme des vêtements noirs), il est difficile à tout à chacun de s’adapter à leur situation, au risque de la taire.

Or parler à quelqu’un qui est passé par là, ça aide concrètement, souligne un bénévole, formé


Parler de la personne malade, parler de sa souffrance, permet de ne pas laisser toute la place à la douleur. Sachant qu’il vaut mieux parler à des bénévoles sensibilisés, formés et supervisés par les associations dédiées. Sinon le décès notamment peut envahir tout le psychisme. On étouffe.

Que proposent les associations ?


Elles organisent des accueils, une écoute active, bienveillante, soutenante individuelle ou collective (groupes de paroles) pour donner la possibilité de reconnaître, valider et exprimer ses émotions. Elles proposent aussi des rencontres, conférences, documentations, conseils dans les démarches jusque l’orientation vers un professionnel ou une structure adaptée lorsque cela est nécessaire (prise en charge psychothérapeutique par un psychologue ou psychiatre).

Ressources associatives

Partager cet article

Sur le même sujet