Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Lille : un programme pour former les malades d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/12/2017

0 commentaires
Formation des aidants, du binôme aidant/​aidé… et les malades dans tout ça ? A Lille, le premier programme d’éducation thérapeutique réservé aux personnes qui vivent avec la maladie d’Alzheimer vient d’achever sa première session.

formation alzheimer

L’éducation thérapeutique du patient, ou ETP, vise à renforcer les capacités des malades, à lui donner des savoirs et des compétences pour qu’il puisse prendre des décisions éclairées par rapport à sa pathologie mais surtout mieux vivre avec elle.

En France, elle se développe depuis une quinzaine d’années, principalement en direction de personnes souffrant de maladies chroniques comme le diabète, l’asthme ou encore, depuis 2015, la maladie de Parkinson.

Jusqu’ici, les programmes d’ETP ne s’adressaient pas aux malades d’Alzheimer. « C’est un défi de faire apprendre de nouvelles compétences aux personnes souffrant de troubles cognitifs », souligne Pascaline Chassagnaud, gériatre au centre mémoire du centre hospitalier de Lille.

Aussi, le programme est réservé aux personnes en début de maladie.

Composé de huit séances d’une heure trente, il a démarré en octobre pour s’achever le 7 décembre.

Différents intervenants — psychiatre, gériatre, diététicienne… — ont abordé au fil de chaque session des thématiques concrètes, en lien avec le quotidien des huit participants : nutrition ou activité physique par exemple.

« Et en restant à l’écoute de leurs attentes et leurs besoins », ajoute Pascaline Cassagnaud. Un temps étant aussi réservé au partage d’expériences, de compétences.

Suite aux retours très positifs des participants, une nouvelle session va être programmée début 2018.

Et pour les personnes ne résidant pas à Lille, France Alzheimer lancera également l’an prochain un programme d’ETP à destination des malades. La première session débutera le 15 janvier à Paris, puis le programme sera expérimenté dans une quinzaine d’autres départements.

Avec toujours un même objectif, aider le patient à reprendre sa place dans son parcours de soins.

Partager cet article

Sur le même sujet