Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Roman : "Si je sors, je me perds" de Jean-Claude Renard

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 26/03/2018

0 commentaires

Editions L’Iconoclaste

Elle n’en fait qu’à sa tête la grand-mère de l’auteur Jean-Claude Renard, journaliste et écrivain. Elle raconte, dissimule, comble, embellit. Ca grouille dans sa tête. On est emmené par sa gaité, son envie de vivre, son innocence… quoique.

livre renard si je sors je me perdsT’arrête pas, tant pis pour le désordre”.

L’auteur en est dingue de sa grand-mère qui déraille. Faut dire qu’elle l’a élevé avec sa fille, artiste peintre, fragile et sans mari, ce qui n’était pas facile à vivre, à l’époque.

Travailleuse, vendeuse sur les marchés, cette grand-mère est aussi très bonne cuisinière. Elle est fière de son bachelier de petit-fils, devenu gardien de musée, capable de cuisiner le mulet, levé en filets, arrosé d’un jus de citron, c’est pas courant. Elle le répète au marché”.

Petit à petit, la grand-mère s’empêtre dans sa mémoire mais la gaîté c’est la santé”.
Alors le petit-fils s’accroche, détricote, écoute, raconte.

Increvable, l’oeil pétillant, avec son moral d’acier, cette grand-mère en a vécu des histoires.
Pas toujours belles.

Elle oublie, enchaîne les galettes de Pont Aven (“La gourmandise ça préserve de tout”) et ne rechigne pas sur un verre de quinquina. Cul sec.

A la demande du petit-fils, il lui est difficile d’accepter une employée à elle. Elle qui a toujours tout fait à la maison, mais petit à petit elles se parlent, à égalité”, plus comme une dame de compagnie, de conversation. Ce qui est très bien aussi.

Ce joli roman de Jean-Claude Renard invite les proches de ces personnes malades à écouter, à s’amuser de leurs plaisirs jubilatoires (comme trouver des mots au jeu Les Chiffres et les Lettres”), à retranscrire toutes ces phrases, toute cette mémoire, toute cette envie de vivre, jusqu’au bout, malgré tout.

Si je l’ouvre (la porte), je me perds.
Si je sors, je me perds (m’a dit le docteur).
Si je dors, je me repose.

Bonne nuit Madame.


Si je sors, je me perds

Jean-Claude Renard

Broché : 188 pages
10 janvier 2018 — 15 euros
Editeur : L’Iconoclaste
Collection : IC.VERGE
Partager cet article

Sur le même sujet