Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

A lire : Un arbre, un jour... de Karine Lambert

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 28/05/2018

0 commentaires
Un matin, François Lebrun, l’ouvrier municipal, cloue un avis d’abattage sur le platane centenaire de la place du village. Un acte anodin qui va pourtant provoquer une avalanche de bouleversements dans la vie des habitants. Avec Un arbre, un jour…, Karine Lambert signe une jolie fable sur la solidarité, les liens entre générations, mais aussi la longévité et la mort.

un arbre un jour de katherine lambert

« Une ex-instit reconvertie en tenancière de PMU, un gamin de dix ans hyperactif, un vendeur d’artichauts psychédélique, une styliste culinaire. Et lui, l’indécis chronique » … tels sont les principaux membres du comité de défense de l’arbre (page 115).

Mais ils ne sont pas les seuls à lutter pour sauver le platane qu’ils ont toujours connu. Adeline et Violette Bonnafay, 91 et 93 ans, ont choisi de jouer les révolutionnaires à coup de messages anonymes.

« Adeline pensait que l’arbre lui survivrait, comme un ami dont la présence semble tellement évidente qu’on n’imagine pas qu’il pourrait disparaître le premier. Ça l’aidait à accepter la perspective de pousser un jour son dernier soupir » (page 109).

Pour les deux sœurs, c’est aussi une façon de refaire partie de la vie du village, elles que le veuvage avait rapproché au point d’exclure le reste du monde.

« A quoi servent des fiancés sous terre ? On ne fait pas sa vie avec des patronymes figés dans la pierre. Ligotées par ce destin, leurs chagrins ont suivi des directions opposées. L’imagination a pris le pouvoir chez Violette, tandis qu’Adeline s’est réfugiée dans la nostalgie » (page 83).

Ce sont toutes ces vies, liées à celles de l’arbre qui les a tous vu naître et grandir, et qui se juge « beaucoup trop jeune pour mourir » (page 191), que raconte Karine Lambert dans son troisième ouvrage.

Les liens qui se défont et se retissent, les espoirs déçus et les rancœurs qui s’apaisent, la vie en somme.

Un roman choral plein de tendresse, moins léger qu’il n’y paraît, mais empreint de bienveillance et d’émotion.


Un arbre, un jour.
Karine Lambert
Broché : 220 pages
Editeur : Calmann-Lévy (2 mai 2018)
Collection : Littérature Française
17,50
Partager cet article

Sur le même sujet