Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

De plus en plus d'animaux en Ehpad

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 16/07/2018

0 commentaires

Petits et grands

Comment favoriser la qualité de vie des personnes fragilisées accueillies en établissements pour personnes âgées dépendantes, tout en favorisant la qualité de vie au travail des personnels qui y travaillent ? Parmi les pistes, la médiation animale fait son chemin.
Avec des animaux petits et grands.

Les bienfaits des animaux


Mediation animal EphadUn des pionniers de la Zoothérapie, Boris Levinson, résume ainsi l’intérêt de la médiation animale : L’animal ne se nourrit pas d’attentes idéalisées envers les humains, il les accepte pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils devraient être”. Les professionnels insistent sur la qualité de cette médiation qui sera évaluée, progressive, ajustée et positive pour la personne fragilisée et l’animal. Pour l’ANESM (Agence nationale de l’évaluation et la qualité des établissements et services médico-sociaux) rattachée maintenant à l’HAS (Haute autorité de santé) (*), la présence d’un animal permet de limiter le sentiment de déracinement, d’avoir une présence rassurante et ainsi de renforcer la qualité de vie des résidents. Les animaux domestiques en Ehpad sont facteurs de renforcement de liens sociaux, notamment auprès de résidents atteints de déficiences psychiques. Pour les résidents qui n’en ont pas ou qui ne sont pas en capacité de s’occuper d’un animal, des initiatives se déploient comme ces animaux visiteurs” dans le cadre d’un projet de socialisation”.

Des animaux de compagnie


De plus en plus de structures organisent ainsi l’accueil de l’animal de compagnie du nouveau résident. Chats, chiens, oiseaux, cochons d’Inde… s’installent alors dans les domiciles, les couloirs, les lieux de vie, pour le plus grand plaisir des uns et des autres. Il s’agit de bien notifier par écrit avec le résident et ses proches qui est chargé de nourrir l’animal, de le sortir dans les zones définies en commun, de réaliser son suivi vétérinaire, de vieillir à son entretien sans oublier l’hygiène des mains des personnes qui le touche, le caresse.

Des animaux plus exotiques jusque la mini-ferme


Chacun reconnaît que les animaux apaisent les tensions dans un cadre ajusté, formalisé. Certaines équipes vont plus loin avec l’accueil professionnalisé de moutons, lamas, chevaux, rapaces… Des mini-ferme s’installent aussi dans les jardins, les cours des EHPAD. Dans le 1er établissement labellisés Humanitude à Albi, l’espace réservé aux personnes désorientées est délimité par une petite ferme. Ceux ne sont pas les résidents de la Maison de l’Amitié qui sont protégés mais les animaux qui ne peuvent se sauver sur la rue toute proche. La chèvre tenue en laisse est d’ailleurs promenée régulièrement dans la ville par ces résidents. Nous avons dû nous séparer du bouc qui dérangeait les animaux. Il vit maintenant dans un champ” précise Valérie Fontaine la directrice de la Maison de l’Amitié.

(*) Recommandations La vie sociale des résidents en Ehpad” de l’ANESM (Agence nationale de l’évaluation et la qualité des établissements et services médico-sociaux) rattachée maintenant à l’HAS (Haute autorité de santé).

Partager cet article

Sur le même sujet