Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver une place en Ehpad : quid des agences de placement ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 01/10/2018

0 commentaires

Qui paye quoi ?

Une étude du CREDOC, pour la Caisse des Dépôts, Ag2r La Mondiale et Terra Nova, confirme les difficultés des proches d’appréhender l’entrée en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour personnes âgées dépendantes). Quatre fois sur 10 la crainte est que cette entrée se fasse contre l’avis de la personne concernée (quatre familles sur dix n’en ont pas parlé alors que la situation s’aggravait).
L’urgence de la situation (sortie d’hôpital), la contrainte financière, la proximité de la structure restent les critères privilégiés.

Les EHPAD gardent une image négative avec des conditions de vie et de travail qui font encore défaut, au point que le maintien à domicile est largement privilégié.
Et pour trois résidents sur quatre, le reste à charge reste supérieur à leurs revenus malgré les aides financières.

L’idée serait de développer des solutions intermédiaires entre le domicile et l’établissement médicalisé (résidences autonomies, petites unités de vie…).

L’idéal serait aussi de s’approprier ces lieux en allant y séjourner quelques temps (hébergement temporaire), en accueil de jour, de nuit.
Plus les regards se poseront sereinement sur ces structures, plus elles s’ajusteront aux attentes et besoins avec des moyens humains, formés et compétents en nombre suffisants.

Entre temps, quand l’urgence arrive, les personnes concernées, leurs proches se tournent vers les annuaires, le bouche à oreille, les services sociaux, et ces agences de placements qui annoncent un service professionnel, rapide et gratuit… 

Service gratuit ?


Le modèle économique de ces agences privées de placement consiste à répertorier les structures d’herbergement, bien les connaître pour négocier les entrées souvent en urgence, les dossiers d’admission.
Ces agences (Cap retraite, retraite plus, retraite assistance…) négocient des prestations pour ces entrées dont les montants varient selon le type d’entrée (provisoire, définitive…).
Ceux sont surtout les établissements privés commerciaux qui font appel à ces agences pour assurer un taux de remplissage optimal de leurs chambres.
Les structures publiques, associatives, habilités à l’aide sociale, ont elles des listes d’attente souvent très longues.

Ce service gratuit pour le résident et ses proches ne l’est donc pas complètement.
A vous de regarder l’offre proposée, ses tarifs, ses conditions…
Peut-être que d’autres solutions peuvent exister mais demandent du temps de recherche, d’analyse, de visite… dans les annuaires publics (Celui de la CNSA), privés comme celui d’Agevillage avec des avis clients, la valorisation des structures labellisées Humanitude…

Partager cet article

Sur le même sujet