Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Aider les aidants... à domicile aussi

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 01/10/2018

0 commentaires

Gros plan sur ces programmes qui viennent à la rencontre des aidants et des malades

Comme chaque année, le 6 octobre sera l’occasion d’un coup de projecteur sur les aidants. Plusieurs centaines d’événements, organisés dans les villes, les maisons de retraite dans le cadre de

la journée nationale des aidants, permettront d’échanger, de s’informer, de réfléchir collectivement. De mieux connaître les solutions de répit et de soutien, aussi, comme celles de ces équipes de professionnels qui se déplacent à domicile.

Le programme AIDA (92)

Démarré en 2015, le programme AIDA

s’adresse aux aidants du sud des Hauts-de-Seine. Porté par le réseau Osmose, il démarre par une rencontre entre l’aidant, la personne qu’il accompagne, un infirmier et un psychologue.

Les séances suivantes sont construites au regard des besoins, des problématiques soulevées dans chaque situation, et se déroulent à domicile, de manière individuelle.

« Bon nombre d’aidants ne se saisissent pas des programmes d’aide aux aidants collectifs », pointe le Dr Arielle Attal, gériatre qui coordonne le projet.

Concernant AIDA, « l’accompagnement psychologique reste le fil conducteur, mais nous pouvons aussi faire intervenir une assistante sociale, un spécialiste de l’emploi, proposer des séances d’activité physique, de sophrologie… »

Un véritable programme sur mesure qui court sur un an environ.

Pour plus d’information, contactez le réseau par mail info@​reseau-​osmose.​fr ou par téléphone au 01 46 30 18 14.

Attention, compte tenu du succès du programme, le délai d’attente pour intégrer AIDA se monte à deux ou trois semaines.

Les équipes spécialisées Alzheimer


Créées dans le cadre du Plan Alzheimer 2008 – 2012, les équipes spécialisées Alzheimer à domicile (ESA) s’adressent avant tout aux personnes âgées de 60 ans et plus atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladie apparentée se trouvant au stade précoce de leur maladie.

Leur intervention consiste à stimuler certaines activités de la personne malade et/​ou à maintenir son autonomie de manière sécurisée et efficace, tout en respectant ses habitudes de vie et son environnement.

Conçues pour aborder le malade dans toutes ses dimensions (corporelle, fonctionnelle, psychologique et sociale), elles doivent également prendre en compte son entourage en apportant soutien et conseils aux aidants.

Elles sont composées de différents professionnels, principalement des ergothérapeutes et psychomotriciens, assistés par des assistants en soins en gérontologie, et encadrées par des infirmiers coordinateurs.

Les ESA interviennent sur prescription médicale. Elles se déroulent sous la forme de 12 à 15 séances, sur une durée de 3 mois, et sont intégralement prises en charge par la sécurité sociale.

En savoir plus

Ducadom, l’art à domicile


Les équipes Duca, pour Dispositif urbain culture Alzheimer, se déplacent elles aussi à domicile dans le cadre du programme Ducadom à Paris, Marseille et Beauvais.

Lors d’une première visite, un professionnel élabore en fonction des goûts de la personne et de ses besoins thérapeutiques un parcours culturel, d’une durée de six mois renouvelables une fois.

Un artiste, sensibilisé à la maladie, se rendra ensuite une heure tous les quinze jours chez le malade pour des ateliers, des représentations. Arts plastiques, musique, chant, danse… Tout est possible.

Un dispositif qui vient aussi soulager les proches aidants, désemparés devant l’inactivité de leur proche.

En savoir plus

A noter aussi, la parution du nouvel opus de Blandine Bricka, Des liens (presque) ordinaires, qui s’intéresse cette fois aux relations entre aidants familiaux comme professionnels et personnes aidées.

Partager cet article

Sur le même sujet