Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : Quels aidants sommes-nous ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 15/10/2018

0 commentaires

Etant donné que huit aidants sur dix ignorent cette fonction, le site Essentiel autonomie a mis en ligne un test créé par des salariés aidants, un gérontologue-psychologue et un coach en transition de vie : Quel type d’aidant êtes-vous ?“

Etes vous plutôt quelqu’un qui facilite ? qui rassure ? qui entreprend ? qui donne ? Quel Fred” aidant êtes-vous ?

De son côté le baromètre 2018 de la Fondation April a interrogé 2007 personnes, représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus, en mai et juin. Il montre que la proportion des aidants augmente avec plus de 2 Français sur 10 qui affirment apporter de l’aide bénévole à un ou plusieurs proches en situation de dépendance.

Quatre aidants sur dix disent ne pas bénéficier d’aide extérieure alors qu’ils sont eux-mêmes âgés. Alors que des offres de soutien existent selon les besoins, rappelle la Fondation Médéric Alzheimer cette semaine.

L’appui du médecin généraliste est en déclin au profit des infirmières et infirmiers pour les proches aidants interrogés.

Qui sont les aidants en 2018 ?

Près de six sur dix sont des femmes (56 %).

Les trois quarts ont moins de 65 ans. La question de l’aide touche toutes les générations : voir cette semaine un livre pour expliquer la maladie de Parkinson aux jeunes enfants.

Une majorité des aidants est active (44 % de salariés). Et bonne nouvelle : certains droits progressent pour les salariés du secteur public, les gendarmes, les militaires, les postiers, aidants notamment.

57% aident un proche âgé fragilisé. 20 % de ces aidants consacrent 20 heures et plus à aider leur proche. Les impacts les plus retentissants se mesurent sur leur sommeil et leur vie sociale.

Le manque de temps et leur fatigue physique montrent le manque de reconnaissance de la réalité, du statut de ces proches aidants. Chacun cherche des outils pour mieux comprendre et accompagner les situations de handicap (visuels, auditifs…).

Ces aidants recherchent surtout une meilleure coordination des acteurs de l’aide et du soin ainsi que des aides financières et matérielles.

Parce qu’ils ne lâchent rien, l’association Familles solidaires a récompensé les projets de nouvelles formes d’habitats accompagnés, partagés, inclusifs (les prix #lachpa : ne lâche pas).

Ces aidants ont besoin d’aides médicales (au milieu des déserts médicaux).

Ils ont besoin de conseils, de repères pour adapter l’environnement, apaiser leur accompagnement de personnes désorientées (à partir de l’approche Carpe Diem cette semaine).

Il doivent prendre soin de leur santé (en pensant à se laver régulièrement les mains).

Ils recherchent des services et des structures rassurantes… où l’on peut danser malgré le handicap par exemple.

Ces proches aidants ont aussi besoin d’aide pour aborder la fin de vie (avec le soutien des services de soin palliatifs encore mal connus).

Tous aidants : et vous quel type d’aidant êtes-vous ? 

Partager cet article

Sur le même sujet