Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Entre possible et impossible il n'y a que deux lettres d'écart

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/10/2018

0 commentaires

Et un état d’esprit… selon Charles de Gaulle

Le même Charles de Gaulle écrivait dans ses Mémoires de guerre : La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s’identifier avec le naufrage de la France.” Et dans Le fil de l’épée : Entre possible et impossible, deux lettres et un état d’esprit.“

Impossible aujourd’hui ne pas savoir que la révolution de la longévité a eu lieu. Nous vivons quatre à cinq générations côte à côte dans les familles, dans les quartiers, dans les villages.

Et si nous rendions possible l’adaptation de notre société à son vieillissement ?

Et si nous rendions possible, voire évidente l’évaluation de la douleur pour la traiter ?

Et si nous inventions des objets, des armoires, des sacs qui adoucissent la vie des personnes malades, fragilisées, désorientées ?

Et si nous imaginions des solutions pour aider à manger un proche qui refuse, pour lutter contre la dépression ?

Et si nous inventions des nouvelles formes d’habitats pour les plus âgés, des maisons à taille humaines, innovantes comme ces lauréats des Prix Marpa 2018.

Et si nous valorisions ces initiatives utiles, socialement, économiquement, pour un vieillissement actif sur les territoires ruraux et les autres ?

Et si nous rendions possible un dépistage précoce de l’ostéoporose pour éviter des fractures ?

Et si nous étudions les freins à l’aménagement des logements pour les adapter plus tôt ?

Et si les citoyens âgés désignaient leur ministre : le collectif Vieux debout !” a nommé Madame Madeleine Lucchini, 93 ans, résidente en Ehpad, ministre d’Etat en charge des personnes âgées devant la préfecture de Rouen ce 22 octobre.

Impossible de lutter contre l’âgisme, contre l’immobilisme, contre le défaitisme, contre la nouvelle réalité du vieillissement de notre population ? Impossible de développer des blues zones” à la longévité exceptionnelle ?

Et si c’était possible ?

Deux petites lettres distingue le possible de l’impossible.

Et surtout un état d’esprit. Individuel et collectif.

Partager cet article