Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Dossier : les USLD (unités de soins de longue durée)

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/11/2018

0 commentaires

Eclairage de Marie Passavant, directrice des Ehpad et USLD, CH Roubaix

Plus médicalisées que les Ehpad, les USLD, pour unités de soins de longue durée, s’adressent aux personnes âgées qui ont besoin d’une surveillance médicale constante, mais restent un lieu de vie malgré tout. Explications de Marie Passavant, directrice des Ehpad et USLD rattachés au centre hospitalier de Roubaix.

Elles comptaient 72 000 places en 2007, 31 000 dix ans plus tard

: de nombreuses places en USLD ont petit à petit été transformée en place d’Ehpad, pour faire face aux besoins d’accompagnement grandissants des personnes âgées entrant en institution.

Mais au fait, quelles sont les différences principales entre les USLD et les Ehpad ?

« Le niveau de soins requis est plus important en USLD, et elles bénéficient donc de plus de temps de personnel soignant : médecin, infirmiers, aides-soignants, rééducateurs (kiné, orthophoniste…), psychologue…

Mais on retrouve aussi en USLD les mêmes dispositifs sociaux, comme les animations. »

Par exemple ?

« Dans notre USLD, nous organisons par exemple des séjours vacances, cette année au Portugal, nous avons également mis en place une soupe solidaire : les résidents préparent soupes et colis avec les jeunes d’un centre social.

On peut rester citoyen jusqu’au bout, même dans ce type de structure. »

Comment arrive-t-on en USLD ?

« La procédure d’admission est la même qu’en Ehpad : on peut faire une demande soi-même, ou pour un proche. On peut aussi y être orienté par un médecin après une hospitalisation. »

Combien coûte une USLD ? Y’a‑t-il des aides possibles ?

« Les USLD sont toujours adossées à des centres hospitaliers, pour pouvoir bénéficier de la proximité d’un plateau technique.

Elles sont donc publiques, avec des tarifs en conséquence.

Comme en Ehpad, le coût des soins est payé par l’Assurance maladie, et la compensation de la perte d’autonomie par le Conseil départemental (via l’allocation personnalisée d’autonomie). Les résidents payent principalement la partie hébergement. »

A noter : les mêmes aides financières qu’en Ehpad sont possibles, à savoir l’allocation personnalisée d’autonomie donc, mais aussi l’aide sociale à l’hébergement et aides au logement (APL, ALS).

Pour aller plus loin

Partager cet article

Sur le même sujet